L’avènement du véhicule électrique n’a jamais semblé aussi proche, en France, en Europe et dans le monde. Les constructeurs investissent massivement et vont sortir un nombre conséquent de modèles, les autorités travaillent à assurer aux conducteurs des moyens de recharge ad hoc (au domicile, au travail, dans l’espace public), les prix des batteries vont continuer de s’effondrer, entraînant avec eux celui des véhicules. Il reste une inconnue, de taille : quand les consommateurs seront-ils, eux aussi, pleinement convaincus ?

Tout récemment, une étude du cabinet AlixPartners sur le prix des batteries des véhicules électriques, et un dossier de nos confrères de L’Usine Nouvelle sur l’avenir du véhicule électrique ont pointé dans la même direction : celle d’un avenir radieux pour la mobilité électrique. Tous les indicateurs semblent effectivement aller dans le sens d’une généralisation, à moyen terme, de la mobilité propre.

Investissements massifs des constructeurs dans les VE

Les constructeurs et les équipementiers sont ainsi fortement engagés dans cette révolution. Même les plus réticents ont fini par se rendre à l’évidence : l’avenir n’était plus aux moteurs thermiques et, à ne pas prendre le train de l’électrique assez tôt, certains constructeurs historiques risquaient la sortie de route pure et simple.

Les investissements mondiaux des constructeurs et équipementiers dans le véhicule électrique sont ainsi estimés à 224 milliards de dollars (204 milliards d’euros) sur la période 2019-2023. Les constructeurs occidentaux (incluant le Japon et la Corée) se taillent la part du lion avec 164 milliards de dollars (149 milliards d’euros), soit 73% du total, signe de leur volonté de rattraper leurs homologues chinois, lancés depuis plus longtemps dans la mobilité électrique, mais qui vont encore investir 27 milliards de dollars (24,5 milliards d’euros, soit 12% du total).

vehicule electrique voyants vert - Les Smart Grids

Augmentation du nombre de modèles disponibles, effondrement du prix des batteries

Conséquemment, le nombre de modèles électriques et hybrides rechargeables devraient exploser dans les années à venir. Tous les constructeurs prévoient d’étoffer largement leurs gammes électriques. Fin 2021, 232 modèles électriques différents devraient être disponibles en Europe, contre 127 à la fin de cette année, et seulement 45 en 2016.

vehicule electrique voyants vert - Les Smart Grids

Dans le même temps, le coût des batteries des VE et, par contre-coup, celui des véhicules, devrait continuer de diminuer. De 1 160 dollars par kWh en 2010, il est tombé à 176 dollars en 2018, devrait descendre sous la barre des 100 dollars dès 2024, et tomber aux alentours de 60 dollars en 2030.

vehicule electrique voyants vert - Les Smart Grids

Vers une égalité de tarif électrique-thermique (et une explosion du marché) en 2023-2025

L’augmentation du coût des matières premières (cobalt, nickel, lithium) sera donc largement compensées par la baisse spectaculaire des coûts de fabrication, la diminution de la quantité de ces métaux dans les batteries nouvelle génération, et dans leur recyclage qui commence à s’organiser.

Cela devrait permettre d’aligner le prix d’une motorisation électrique (moteur + batterie + point de charge) avec celui d’une motorisation thermique équivalente aux alentours de 2023-2025. Soit le moment où le marché devrait exploser.

Des batteries toujours plus efficaces

Dans le même temps, les progrès de la chimie devrait offrir des cellules NMC (nickel, manganèse, cobalt) et NCA (nickel, cobalt, aluminium) toujours plus efficaces : de respectivement 210 et 280 Wattheures par kilogramme en 2019, leur efficience devrait atteindre 350 Wh / kg en 2029. Cela offrira des batteries plus compactes, offrant une meilleure autonomie à un meilleur tarif.

La demande en batterie devrait donc connaître un boom vers ces années 2023-2025 : les constructions d’usines de batteries en Chine, en Amérique du Nord et en Europe devraient permettre de répondre à cette demande. La Chine devrait même être en surcapacité de production de batterie Lithium-Ion à l’horizon 2028.

La révolution de l’électrique commencera en Chine et en Union Européenne

Les analystes estiment ainsi que la part des véhicules électriques et hybrides dans le marché automobile atteindra 26% au niveau mondial en 2030, boosté par la Chine (41% du marché intérieur) et l’Union Européenne (40%). Les Etats-Unis devraient rester plus longtemps en retrait, et se contenter d’un petit 20% en 2030, à cause de leurs réserves de pétroles et des politiques fédérales mises en place par Donald Trump qui favorisent les combustibles fossiles.

vehicule electrique voyants vert - Les Smart Grids

La France, en revanche, devrait en toute logique tirer son épingle du jeu, et proposer 43% de véhicules électriques ou hybrides rechargeables dans son marché automobile en 2030. Rappelons que les autorités françaises prévoient d’interdire la vente de véhicules thermiques dès 2040.

Un bilan carbone qui ne fera que s’améliorer

Concernant le bilan carbone, celui des véhicules électriques est désormais inférieur à celui des véhicules thermiques sur l’ensemble du cycle de vie (de la fabrication à la mise à la casse). Pour les VE, c’est la phase de production du véhicule, et surtout de sa batterie, qui s’avère la plus émettrice :La logique est inversée par rapport au thermique. Plus le véhicule électrique est utilisé, plus on amortit l’impact CO2 de sa fabrication, alors qu’une voiture essence ou diesel voit son bilan se dégrader au fil des kilomètres parcourus, confirme Maxime Pasquier, de l’Ademe.

vehicule electrique voyants vert - Les Smart Grids

Autre point crucial : l’origine de l’électricité servant à les faire rouler est un facteur-clé de leur empreinte carbone. Elle est logiquement très bonne en Espagne, pays où l’électricité est majoritairement produite à partir de renouvelables, moyenne aux Etats-Unis, et médiocre en Chine, où l’électricité demeure majoritairement produite à partir du charbon.

Mais, logiquement, le bilan carbone de la mobilité électrique ne fera que s’améliorer à mesure que la production d’électricité mondiale se décarbonera.

Muscler la recharge, et convaincre les consommateurs

Restent plusieurs défis à relever pour les autorités. Le premier concerne les possibilités de recharge, qui doivent être renforcées, aussi bien dans le réseau public que dans la charge à domicile ou au travail.

Le second concerne les consommateurs, qu’il va falloir convaincre de franchir le Rubicon, notamment en Occident. Un vrai travail de communication et de pédagogie sera nécessaire. Mais tout un écosystème est en train de muter, facilitant l’acceptation de cette nouvelle mobilité par les citoyens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.