En Allemagne, le marché de l’éolien, en pleine croissance jusque 2017, subit un considérable ralentissement. La décision du gouvernement de ne plus soutenir cette énergie par des prix garantis, en 2016, a provoqué une véritable catastrophe industrielle outre-Rhin. Un effet renforcé par les remises en cause de plus en plus régulières des riverains. Le timide « plan climat » du gouvernement suffira-t-il à redresser la barre ?

Sur le chemin de sa transition énergétique, le bon élève allemand vient de se prendre les pieds dans le tapis. Les investissements massifs réalisés outre-Rhin dans le photovoltaïque et, surtout, l’éolien, ont porté leurs fruits, même si la volonté, après la catastrophe de Fukushima, d’abandonner le nucléaire à court terme, a provoqué la réouverture de polluantes centrales au charbon.

L’éolien est une composante essentielle de la transition énergétique allemande…

Les renouvelables représentaient, en 2005, à peine 10% du mix électrique allemand. En 2017, cette part a bondi à 33%, pour une production totale d’électricité en légère hausse (654,2 TWh contre 622,6 TWh en 2005). L’éolien a été le fer de lance de ce verdissement du mix, passant d’une production de 27,2 TWh en 2005 (4,4% du total) à 87,7 TWh pour l’éolien terrestre (13,4%) et 17,8 TWh (2,7%) pour l’éolien en mer en 2017. Soit en tout 105,5 TWh, représentant 16,1% de la production électrique allemande.

eolien allemand crise subvention - Les Smart Grids

L’objectif du gouvernement est de poursuivre l’effort pour atteindre 65% de renouvelables dans le mix électrique en 2030. L’Allemagne doit par ailleurs fermer sa dernière centrale nucléaire en 2022 (l’atome représente encore près de 10% de la production électrique), et abandonner le charbon en 2038. Pour cela, le pays doit maintenir un rythme élevé de construction de centrales photovoltaïques et éoliennes.

… mais il est à l’arrêt depuis deux ans !

Or, si le photovoltaïque se porte comme un charme, l’éolien allemand est actuellement au point mort. “En ce qui concerne l’expansion de l’éolien terrestre, l’Allemagne est passée de la voie rapide à la bande d’arrêt d’urgence”, résume Achim Derck, président de la fédération allemande DIHK des chambres de commerce et d’industrie.

En effet, tous les signaux ont viré au rouge vif. Les nouvelles fermes éoliennes installées étaient deux fois moins nombreuses en 2018 qu’en 2017. Ce chiffre s’est encore effondré cette année : sur les douze derniers mois, le recul est de 82%, selon la fédération allemande de l’éolien. Les appels d’offre sonnent creux, et la majorité ne trouvent plus preneurs.

Réticences citoyennes

Une récente levée de bouclier citoyenne contre l’éolien est sans doute une partie du problème. Globalement plutôt bien accepté jusqu’ici, l’éolien génère désormais des réticences accrues, à mesure qu’il est obligé de s’approcher des habitations ou des écosystèmes protégés. 600 initiatives citoyennes pour interdire la construction d’une ferme éolienne ont ainsi été recensées. Le parti d’extrême droite AfD en a même fait un thème de campagne : “Protégeons nos paysages, les hommes et les animaux”.

eolien allemand crise subvention - Les Smart Grids

Pour autant, si ces colères expliquent les retards de plusieurs projets et les réticences de certains énergéticiens à investir sur certains projets, elles ne suffisent pas pour justifier un tel effondrement.

2016 : la fin des subventions publiques à l’éolien, et le début de l’effondrement

L’origine de ce brutal coup d’arrêt est plutôt à chercher dans la décision du gouvernement, en 2016, d’amender la loi énergétique allemande (EEG). Jugeant que le secteur était arrivé à maturité, peut-être grisé par des appels d’offre remportés par des énergéticiens qui refusaient les subventions gouvernementales pour obtenir l’exploitation d’un parc envié, et sans doute convaincu que les subventions à l’éolien pesaient trop lourd dans le budget de l’Etat, le gouvernement a décidé de tailler dans le vif.

Cet amendement a marqué la fin des revenus garantis (en partie par des subventions étatiques), remplacés par la mise en concurrence pure via des appels d’offre. Un cataclysme pour la filière : “Nous avions tiré la sonnette d’alarme. Mais la raison pour laquelle le gouvernement allemand s’est engagé sur cette voie reste à ce jour un mystère”, pointe Hermann Albers.

26 000 emplois partis en fumée

Les chiffres ont été révélé récemment, suite à une demande, au Bundestag, du parti de gauche Die Linke : cet amendement signant la fin des subventions a fait perdre à l’éolien allemand 26 000 emplois.

L’un des cas les plus spectaculaires est celui du fabricant d’éolienne Senvion. Située près de Hambourg, l’entreprise s’appuyait en 2016 à 60% sur le marché allemand pour remplir son carnet de commandes. Le coup de frein imposé par le gouvernement a fait chuter cette part à 20% en 2019. Peu d’entreprises peuvent se relever indemnes d’une telle perte.

« Les premiers à mettre genou à terre mais pas les derniers »

Et Senvion ne s’en est pas relevé. Après avoir lutté autant que possible, le fabricant d’éolienne a fermé boutique début août 2019, poussant ses 4 4000 salariés vers le chômage.

eolien allemand crise subvention - Les Smart Grids

“Je n’ai pas l’impression que le gouvernement allemand comprenne qu’il est en train de détruire un écosystème économique source d’ingénierie de pointe, d’innovation, qui a pris du temps a être créé et qui a fait beaucoup pour la réputation de l’Allemagne. Nous ne sommes que la partie émergée de l’iceberg, les premiers à mettre genou à terre mais pas les derniers”, pointe Yves Rannou, patron de Senvion.

Réunion de crise et timide plan climat : vraiment suffisant pour sauver la filière ?

Devant l’ampleur des dégats, le ministre allemand de l’Economie, Peter Altmaier (CDU), a convoqué une consultation de crise, début septembre 2019, avec les différents acteurs du secteur, à huis-clos. Elle a débouché sur une partie du timide « Plan climat » présenté par le gouvernement d’Angela Merkel le 20 septembre 2019.

eolien allemand crise subvention - Les Smart Grids

La mesure principale consiste à fournir aux collectivités une participation financière pour exploiter les installations éoliennes. Si les professionnels du secteur estiment qu’elle limitera la casse et devrait permettre aux appels d’offre de trouver à nouveau preneurs, elle semble insuffisante pour relancer l’éolien sur le même rythme qu’avant 2016.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.