Les villes génèrent de plus en plus de déchets, et l’époque de l’inconscience et des décharges à n’en plus finir est clairement révolue. Une gestion intelligente des déchets peut permettre d’augmenter le taux de recyclage, de réduire le volume de déchets, de diminuer la dépense énergétique consacrée à leur collecte, voire de produire de l’énergie. Des outils novateurs apparaissent pour accompagner cette mutation. Voyage aux pays des ordures intelligentes…

Les ordures sont promises à un bel avenir ! Les volumes sont difficiles à chiffrer, les études fiables manquent, mais la planète croulent littéralement sous les déchets : la Banque Mondiale estime qu’au milieu des années 2000 la production annuelle de déchets dans le monde variait entre 3 400 et 4 000 milliards de tonnes – et les prévisions faisaient état d’une augmentation de 40% entre 2008 et 2040.

Les pays de l’OCDE produisent près de la moitié des déchets du globe

Qui plus est, les pays de l’OCDE représentent à eux seuls 44% de la production de déchets et la zone Asie-Pacifique 21% : autant dire que les grandes villes des pays développés sont largement responsables de cette production d’ordures à très grande échelle. Et si des politiques de réduction des déchets commencent (timidement) à se mettre en place dans les législations nationales et transnationales (de l’Union Européenne notamment), la gestion de ces déchets, une fois produits, se jouent au niveau des municipalités.

smart-city-gestion-intelligente-dechets

Dès lors, la gestion intelligente des déchets est devenue une composante fondamentale d’une smart city engagée dans l’amélioration de l’environnement et les économies d’énergies. Les technologies numériques peuvent en effet offrir des outils permettant d’améliorer significativement deux aspects fondamentaux du traitement des déchets :

  • leur taux de tri et de recyclage
  • leur collecte des déchets et l’énergie qu’elle nécessite

De nombreuses technologies smart city jouent conjointement sur ces deux aspects.

De nouvelles méthodes de collecte, comme les pneumatiques de Clichy-Batignolles

L’idéal est de basculer vers de nouvelles méthodes de collecte et de tri, plus efficaces et moins énergivores. C’est ce que met en place l’éco-quartier Clichy-Batignolles, avec un réseau pneumatique souterrain : chaque habitant place son déchet dans le conteneur correspondant, dans la rue ou au niveau de chaque immeuble, et le déchet est envoyé, directement, au centre de tri le plus proche par des tuyaux souterrains.

smart-city-gestion-intelligente-dechets

Le système est sans doute à la fois le plus efficace et le plus propre, puisqu’il remplace les trajets en camion par des pneumatiques à faible consommation électrique. Il est, malheureusement, essentiellement applicable dans les nouveaux quartiers, le creusement de conduits souterrains n’étant pas réalisables dans tous les environnements urbains ! Mais il gagnerait à être mis en place partout où cela est possible.

Produire de l’énergie grâce à nos déchets

Plus généralement, aujourd’hui, la majorité des municipalités de l’OCDE pratiquent le tri, et seuls les déchets ne pouvant pas être traités sont incinérés. La valorisation de la chaleur dégagée par ces incinérations  en électricité tend à se généraliser, transformant les incinérateurs en mini-centrales thermiques.

De la même façon, la collecte des déchets organiques municipaux, par des bacs ou poubelles spécifiques, est une solution encourageante, testée avec succès, à Lille ou à Paris. Ces déchets organiques, très difficiles à brûler dans des incinérateurs, peuvent être valorisés dans une chaîne de méthanisation et de production de biogaz. S’il s’agit d’une pratique émergente, elle est promise à un bel avenir.

Favoriser le tri des déchets par des récompenses

Concernant les outils smart city conçu pour améliorer la gestion et le traitement des déchets, il en existe à tous les niveaux de la chaîne. Le plus simple est de donner aux habitants des informations fiables et en temps réel sur la gestion de leurs déchets : la ville de Dijon a ainsi mis sur place un portail Internet et une application concernant le tri des ordures. Les habitants peuvent accéder au calendrier de ramassage des ordures, trouver la déchèterie la plus proche ou télécharger un bon de réservation pour un composteur individuel.

La technologie numérique peut également servir à favoriser le tri : la start-up Terranova a développé « Cliiink », une solution qui récompense le tri de déchets grâce à un dispositif intelligent intégré au point de collecte. Le but est d’inciter les populations à trier leurs déchets : elle combine des capteurs, placés sur les points de collecte, qui caractérisent les déchets déposés et les comptabilisent, et une application smartphone, qui offre au particulier pratiquant le tri des points, qui sont ensuite convertibles en bons d’achat dans les commerçants du quartier ou en dons à des associations caritatives.

smart-city-gestion-intelligente-dechets

Le procédé a été expérimenté avec succès en 2016 et 2017 dans la métropole Aix-Marseille-Provence : « Sur un total de 40 000 habitants, un quart ont adhéré au programme et la collecte de verre a progressé de 20% sur les points-test, soit 3 à 5 fois plus que l’incitation au tri avec des outils classiques » détaille Mathieu Oliveri, cofondateur de l’entreprise. Plus de tri à la source signifie aussi, au-delà de l’impact environnemental, des économies pour la commune. Cerise sur le gâteau, l’application a permis aux commerçants à proximité de voir leur chiffre d’affaire augmenter, renforçant ainsi la cohésion sociale du quartier – qui est un autre objectif de la smart city.

smart-city-gestion-intelligente-dechets

Le conteneur connecté, figure de proue de la smart gestion des déchets

Au-delà de l’aspect récompense, « Cliiink » est également une solution de type conteneur connecté, qui mesure son remplissage en temps réel. Il alerte les services municipaux lorsqu’il est plein, ce qui permet d’optimiser les collectes et le positionnement des conteneurs, mais aussi d’éviter les problèmes d’insalubrité en cas de dépôt au pied du bac.

Il ressemble en cela à d’autres solutions populaires dans le monde. Aux Etat-Unis, Philadelphie, San Diego, Los Angeles New York ou Chicago utilisent Bigbelly, un bac de collecte connecté à un cloud, fonctionnant à l’énergie solaire. En France, un dispositif nommé Sigrenea est utilisé avec succès par des villes comme Tours, Orléans, Chinon, Colombes : il cumule sonde de remplissage, données environnementales, possibilité pour les citoyens de signaler un déchet hors du bac et traitement des données de remplissage pour optimiser les collectes.

smart-city-gestion-intelligente-dechets

Le conteneur connecté permet ainsi, entre autres avantages, de réduire les émissions de gaz à effet de serre provoqués par les camions collectant les déchets. Il est en cela la figure de proue du traitement intelligent des déchets.

Généraliser les conteneurs connectés, un tri plus précis des déchets (notamment organiques), des politiques d’incitation au tri : voilà les trois grands axes de travail pour améliorer intelligemment la gestion des ordures dans nos villes…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 COMMENTAIRE

  1. Dans cette revue des solutions de tri , mériterait à mon sens de figurer également R3D3 : une poubelle intelligente et connectée qui reconnaît, trie et compacte automatiquement les canettes, gobelets et bouteilles en plastiques.
    Qui plus est son concepteur et fabricant GreenCreative est une société francaise

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here