Un nouveau rapport de l'Institut national des normes et de la technologie (NIST) a constaté que l'Internet des Objets (IdO) peut faire face à des obstacles majeurs si sa mise en œuvre n'est pas effectuée correctement, notamment à propos des systèmes de chronométrage.

Trois types de signaux de synchronisation

Les auteurs ont constaté que les systèmes de données modernes, conçus pour traiter et s'échanger des informations entre eux, ne sont pas toujours pensés pour s'adapter aux autres systèmes de l'IdO. Selon les travaux du NIST, pour développer « une nouvelle économie fondée sur la croissance massive des terminaux sur l'Internet, il faudra un timing précis et vérifiable de façon à ce que les systèmes actuels soient pris en charge. » Cela comprend les applications, les ordinateurs et les systèmes de communication, tous ceux qui ont été développés avec des modules et des couches d'optimisation du traitement de données.

Le rapport explique qu'il existe trois types de signaux de synchronisation : la fréquence, la phase et le temps.

De nombreuses technologies au sein de l'IdO – le matériel informatique, les logiciels, les réseaux -, utilisent des processus de synchronisation isolés pour maximiser leur l'efficacité. Le timing est important pour ces nombreuses technologies liées à l'Internet des objets, y compris le transport intelligent et le réseau intelligent en général. Les composants d'un réseau ont besoin d'un moyen de combiner des processus sensibles au facteur temps, et ils doivent être conçus de cette façon dès le début, sinon l'Internet des Objets ne pourra pas se développer de la façon attendue

source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here