Une société énergétique basée au Royaume-Uni a déclaré qu’elle discutait avec des représentants du gouvernement britannique afin d’obtenir un soutien financier pour l’expansion du plus grand projet d’énergie marémotrice au monde.

Le 7 avril, SIMEC Atlantis Energy (SAE) a déclaré qu’elle souhaitait poursuivre le déploiement de la “technologie des courants de marée” dans le cadre de son projet MeyGen dans le Pentland Firth, un détroit au large de la côte nord de l’Écosse considéré comme l’un des plus rapides du Royaume-Uni. Dans une mise à jour opérationnelle du projet publiée mercredi, SAE, dont le siège est à Édimbourg, a déclaré qu’elle s’attendait à ce que l’expansion de l’installation existante “libère une opportunité internationale significative pour d’autres projets et poursuive la réduction du coût nivelé de l’énergie provenant de la production marémotrice vers celui des formes plus établies de production renouvelable”.

Les représentants de la SAE ont déclaré que le gouvernement britannique a indiqué qu’il annoncerait des mécanismes de soutien pour MeyGen cet été, y compris un cycle d’enchères pour les investissements avant la fin de l’année. Le Comité de vérification environnementale, un groupe bipartite de la Chambre des communes du Royaume-Uni qui examine l’impact des politiques et des programmes gouvernementaux sur l’environnement et le développement durable, a exhorté les dirigeants gouvernementaux à trouver un soutien financier pour l’énergie marémotrice.

Le projet a commencé à fonctionner en 2018

Les quatre premières turbines de 1,5 MW de MeyGen sont entrées dans une phase d’exploitation de 25 ans en 2018. Les responsables de la SAE ont déclaré qu’au cours des deux premières années du projet, 24,7 GWh d’électricité provenant de MeyGen avaient été envoyés sur le réseau. Le projet est construit par étapes ; les travaux de la deuxième phase, qui consiste à créer un hub sous-marin permettant de connecter plusieurs turbines à un seul câble d’exportation, sont en cours.

SAE a déclaré qu’elle prévoyait d’installer 49 turbines supplémentaires, chacune d’une puissance de 1,5 MW, dans le cadre du projet, pour un coût estimé à 420 millions de livres sterling (577 millions de dollars). Dans sa mise à jour de mercredi, la société a déclaré : “Sur le plan opérationnel, MeyGen continue de fournir un apprentissage essentiel pour aider à la conception et au développement de nos futurs projets. Actuellement, trois des turbines ont été déplacées vers notre atelier de Nigg pour permettre à l’équipe d’effectuer des travaux de maintenance à terre. Nous prévoyons qu’une des turbines sera remise en service très prochainement et que les deux autres seront remises en service plus tard dans l’année, une fois leurs travaux de maintenance terminés.”

SAE a déclaré que l’expansion de l’installation MeyGen pourrait entraîner la création d’une usine de fabrication de turbines dans le port de Nigg, sur la côte écossaise, ce qui créerait plus de 5 000 emplois, selon la société.

Des progrès satisfaisants pour le projet de démonstration

SAE a également déclaré mercredi que son projet de démonstration du Raz Blanchard, situé entre Aurigny, dans la Manche, et la France, “progresse de manière satisfaisante alors qu’il cherche à modifier les autorisations et permis existants pour permettre le déploiement de la prochaine génération d’hydroliennes SAE, qui est conçue pour permettre une réduction progressive du coût nivelé de l’énergie provenant de la production marémotrice”. Le projet comprendra quatre turbines, reliées par un hub sous-marin, avec un seul câble d’exportation vers la côte.” La société a déclaré que “des études supplémentaires du site en mer sont prévues pour le deuxième trimestre 2021, ce qui permettra une modélisation plus détaillée des ressources nécessaires à la conception détaillée spécifique au site.” SAE s’est associée à l’Agence de développement pour la Normandie, un groupe français de développement commercial, sur le projet Raz Blanchard.

En février, SAE a déclaré qu’une de ses turbines AR500, fabriquée en Écosse, a été installée dans les eaux au large de l’île de Naru, qui fait partie de la grande chaîne d’îles de Goto au Japon. SAE a déclaré que la turbine pilote a généré 10 MWh d’électricité au cours de ses 10 premiers jours de fonctionnement. Dans le cadre de ce projet, SAE loue des équipements de production marémotrice et fournit des services de construction offshore à la société japonaise Kyuden Mirai Energy.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.