Parmi les freins régulièrement cités au développement de la mobilité électrique, le temps de charge figure en bonne place. Pour autant, des solutions se développent. Les Superchargeurs de Tesla sont déjà bien connus, mais, venu d’Allemagne, le projet Ionity et la récente borne ultrarapide de Porsche-BMW (100 km d’autonomie en 3 minutes) proposent des solutions européennes qui devraient, à moyen terme, lever ce frein.

Le prix, l’autonomie, le temps de charge. Les trois principaux griefs faits à la mobilité électrique ne changent pas. Ils prennent chaque année moins d’importance, mais demeurent problématiques. Le coût des véhicules et des batteries ne cessent de baisser, pendant que l’autonomie grimpe en flèche.

Un temps de charge problématique surtout pour les bornes publiques

Concernant le temps de charge, il concerne essentiellement les bornes publiques. Pour la recharge à domicile, qui a souvent lieu la nuit, le véhicule reste garé le plus souvent de longues heures, et ne nécessite pas un temps réduit de charge.

En revanche, sur le réseau autoroutier ou en milieu urbain, le possesseur d’un véhicule électrique souhaite limiter son temps de charge, et le rapprocher le plus possible de celui d’un plein d’essence. L’idée de devoir attendre plusieurs heures avant de reprendre la route bloque de nombreux utilisateurs potentiels. Surtout pour les trajets longue distance.

Les superchargeurs de Tesla, un coup d’avance dans le monde entier

Dans ce domaine également, les progrès sont constants. Sur ce terrain, Tesla a pris un coup d’avance. Le constructeur américain a développé sa propre solution de charge rapide, ces fameux Superchargeurs. D’une puissance de 480 Volts, ils offrent une recharge à 120 kW. Ils permettent par exemple de recharger une Model S de 0% à 75% en 39 minutes. En une demi-heure, une voiture chargée à 10% atteint un niveau de charge lui offrant plus de 300 kilomètres d’autonomie.

L’autre atout des Superchargeurs de Tesla est leur maillage assez serré du territoire, notamment aux Etats-Unis et en Europe. Le constructeur américain devrait prochainement mettre en place la nouvelle génération de recharge rapide, les Mégachargeurs, qui proposeront 240 kW de puissance de charge.

charge-rapide-mobilite-electrique

Ionity, un consortium pour des bornes de recharge ultrarapide en Europe

Mais Tesla n’est plus seul sur ce créneau, notamment en Europe. L’Allemagne semble le berceau des innovations en la matière. En novembre 2016, les constructeurs Audi, BMW, Mercedes, Porsche et Ford s’allient pour créer un réseau de recharge payant et ultra-rapide, jusqu’à 350 kW. Baptisé Ionity, ce projet ambitionne à sa création l’ouverture de 20 stations en 2017, d’une centaine en 2018, pour atteindre un réseau de 400 stations en 2020. Les premières bornes doivent être installées en Allemagne et en Autriche (origine germanique du projet oblige), et en Norvège, le paradis mondial de la mobilité électrique.

charge-rapide-mobilite-electrique

Fin 2017, Shell rejoint Ionity, et offre au consortium un réseau de stations services pour y installer ses bornes. D’autres constructeurs sont en négociation pour rentrer dans Ionity, comme Volvo, Jaguar, PSA ou, ironiquement, Tesla. Mais le projet, ambitieux, prend régulièrement du retard. Ionity n’est officiellement lancé qu’en septembre 2018, avec neuf stations de recharge dans toute l’Europe, dont une en France – loin de la centaine annoncée en 2016.

charge-rapide-mobilite-electrique

FastCharge : Porsche, BMW et Siemens veulent aller plus vite encore que Ionity

Nouvelle innovation, toute récente. Fin décembre 2018, deux membres de Ionity, Porsche et BMW, présentent le fruit de leur partenariat avec Siemens, dans le projet de recherche FastCharge : un chargeur rapide capable de délivrer jusqu’à 450 kW de puissance. Soit près de quatre fois les actuels superchargeurs de Tesla.

Lors d’une démonstration, le prototype présenté par FastCharge a été branché à une Porsche Taycan. En 3 minutes, la voiture a gagné 100 kilomètres d’autonomie ! Cette prouesse a été rendue possible, entre autre, grâce à un « système de refroidissement qui permet de préserver les cellules de la batterie », expose les ingénieurs de Porsche. La voiture n’a d’ailleurs pas utilisé la totalité de la puissance disponible, se limitant à 400 kW pour ne pas trop faire chauffer la batterie.

charge-rapide-mobilite-electrique

La future borne est pensée pour être compatible avec un maximum de véhicules, elle utilisera d’ailleurs une prise CCS Combo de Type 2, le standard partagé par les membres d’Ionity et la plupart des constructeurs américains. La puissance du chargeur s’adapte automatiquement au voltage de la voiture (400 ou 800 V) ; anticipant l’avenir, la borne peut supporter un voltage jusqu’à 920 V.

Le maillage du réseau de recharge, l’étape-clé pour offrir une vraie alternative à Tesla

Pour autant, cette belle réussite se heurte encore à deux limites majeures. La première concerne les véhicules eux-mêmes : si toutes les Tesla sont conçues pour pouvoir être chargées à très grande puissance, ce n’est pas le cas de toutes les voitures électriques. Par exemple, une Audi E-Tron ne peut monter qu’à 150 kW, une Jaguar I-Pace à 100 kW. Ces véhicules pourront certes utiliser ces bornes, mais pas au maximum de leur possibilité.

Mais la limite principale reste celle qui plombe encore Ionity : pour être efficace et faire réellement changer les mentalités, le maillage de ces chargeurs rapides doit être beaucoup plus dense. Que Porsche et BMW aient développé une solution encore plus radie que Ionity ou les futurs mégachargeurs de Tesla est, en soit, une excellente nouvelle. Mais l’étape cruciale sera celle de leur déploiement à grande échelle en Europe, pour proposer une alternative valable à Tesla, et ouvrir la voie à une filière européenne de la mobilité électrique mature et puissante.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.