Lancés voici un an et demi, les projets FLEXGRID (Provence-Alpes-Côte d’Azur), Smile (Bretagne et Pays de la Loire) et YOU & GRID (Métropole de Lille et Hauts-de-France) progressent à un bon rythme : lauréats d’un appel d’offre du gouvernement français, ils visent à expérimenter des solutions Smart Grids à grande échelle et à un niveau industriel. Une nouvelle étape, capitale, vers un déploiement national de ces solutions. Premier volet de notre étude, avec la présentation du projet FLEXGRID, installé en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, centré sur la flexibilité énergétique et la multiplicité des situations expérimentées.

En avril 2015, le gouvernement français avait lancé un « Appel à candidature et à projets des territoires pour contribuer au déploiement à grande échelle de solutions technologiques Smart Grids » : l’objectif était de désigner trois territoires qui pourraient tester à grande échelle des solutions industrielles de réseaux électriques intelligents.

Un an après, en avril 2016, les trois lauréats avaient été désignés, et leurs objectifs principaux définis.

La flexibilité énergétique comme étendard

Installée sur l’ensemble de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur , le projet FLEXGRID frappe par la multiplicité des acteurs, des territoires et des solutions techniques testées. Il semble vouloir embrasser l’ensemble des questionnement, problématiques et limites que soulèvent la mise en place de réseau intelligent à grande échelle – en se centrant sur un fil rouge, crucial : la flexibilité énergétique, tant en terme de production que de consommation.

projets-smart-grids-industrielle-flexgrid

Ce fil rouge est la clé qui peut permettre de réduire la consommation et le gaspillage électrique : c’est en le suivant que les réseaux intelligents permettront d’optimiser au maximum l’énergie produite.

De multiples acteurs et partenaires

Le projet a été mis sur pied par le pôle de compétitivité Capenergies, qui regroupe en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur des grands groupes industriels, des PME, des organismes de recherche et des financiers.

Il s’appuie sur les gestionnaires de la distribution d’électricité et les gestionnaires réseau, ainsi que sur des collectivités locales, notamment les métropoles de Nice, de Marseille et d’Aix-en-Provence, le Département des Alpes-de-Haute-Provence, le Pays Serre-Ponçon Ubaye Durance ou la Communauté de Communes Provence Verdon.

projets-smart-grids-industrielle-flexgrid

Parmi ses partenaires se retrouvent des groupes d’envergure nationale comme SCS, Orange, EDF,GE Grid (ex-Alstom) ou STMicroelectronics ; ils seront associé à plus de 300 start-up et aux centres de recherche et d’enseignement les plus en pointe de la région.

Une expertise déjà reconnue

La région Provence-Alpes-Côte-d’Azur était d’ailleurs, avant même l’appel d’offre, une région pionnière de la réflexion et des démonstrateurs sur les Smart Grids – pour répondre à des contraintes énergétiques fortes.

Le projet FLEXGRID pouvait ainsi, dès son démarrage, utiliser et prolonger les enseignements de ces expérimentations antérieures (qui, pour la plupart, se poursuivent), comme CityOpt, Premio, Nice Grid, Infini Drive, Reflexe, ou le démonstrateur français du projet européen Interflex, Nice Smart Valley.

27 projets de territoires, centrés sur la flexibilité

Dans le détail, FLEXGRID bénéficie à plein de la diversité des territoires, des climats et des populations dans la région, pour tester les solutions dans des situations extrêmement variées, qui lui permet d’être représentatif des diverses situations nationales existantes.

27 projets différents sont plein développement, tous liés à la question de la flexibilité électrique. Plusieurs vont expérimenter une hybridation des énergies renouvelables avec des méthodes de stockage de l’électricité variées ; certains vont impliquer des entreprises et des zones commerciales associées à une production d’énergies renouvelables, pour pouvoir tester à grande échelle les besoins de flexibilité et d’effacement des systèmes électriques.

projets-smart-grids-industrielle-flexgrid

Plusieurs projets mettent en place des systèmes d’autoproduction / autoconsommation, centrés sur des problématiques territoriales variées (logements sociaux, entrepôts logistiques portuaires, quartiers populaires, Eco-cité sur Euroméditerranée) ; certains de ces systèmes seront orientés vers une logique multi-énergies et multi-usage, pour pouvoir se centrer sur la question de l’optimisation énergétique (stations de montagne intelligentes, villages isolés, métropole côtière…).

Les bornes de recharge intelligentes, pour intégrer les véhicules électriques au réseau

D’autres enfin déploieront des systèmes de pilotage de recharge de véhicule électrique, en s’appuyant sur des bornes de recharge intelligentes : le but est de tester des solutions permettant d’intégrer un nombre très élevé de véhicules électriques à un réseau, sans qu’il se retrouve saturé dans les périodes de forte consommation.

L’une des idée consiste à décaler les périodes de charge, voire, comme l’affirme Bernard Mahiou, directeur général de Capenergie, utiliser « des solutions de recharge intelligente avec des bornes que le gestionnaire de réseau pourra déconnecter à distance si on est en pic de demande ». Le but est d’inciter à la recharge de véhicules électriques hors des périodes de pic de demande – et même d’utiliser les batteries des voitures qui ne roulent pas comme d’une réserve d’électricité que l’on peut réinjecter dans le réseau en cas de forte demande.

projets-smart-grids-industrielle-flexgrid

Une démarche citoyenne et sociale, qui inclut les problématiques touristiques

Au-delà, le projet FLEXGRID accorde une importance toute particulière à l’intégration des citoyens et des particuliers dans le processus de synchronisation production/consommation, en menant une réflexion de fond sur les stratégies incitatives à mettre en place. Le projet accorde également une place de choix aux quartiers les moins favorisés du territoire, pour aider à les sortir de la précarité énergétique et, plus généralement, faire de l’intégration à un réseau intelligent un facteur d’intégration à la collectivité.

Une attention particulière est donnée aux spécificités des zones touristiques, à la consommation électrique déséquilibrée entre basse et haute saison, en installant des expérimentateurs dans des villes côtières et dans une station de ski.

Ce projet impressionne par son ambition et sa volonté d’exhaustivité : ayant réussi à dépasser les clivages politiques et unir des collectivités de sensibilités opposées, il s’est donné les moyens d’apporter des enseignements multiples et complets sur l’intégration des réseaux intelligents aux problématiques énergétique et territoriales de notre monde en mutation.

Second volet de notre étude, la semaine prochaine, centrée sur le projet You & Grid, en Hauts-de France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here