Mi-décembre, EDF a été la première entreprise française a rejoindre le groupe EV100, créé par The Climate Group pour favoriser l’électrification de la mobilité par les entreprises. Une quinzaine de sociétés de taille mondiale se sont ainsi engagées à défendre la mobilité électrique, et notamment à convertir l’intégralité de leur flotte à l’électrique d’ici 2030.

The Climate Group est une organisation non gouvernementale, créée en 2004 par Tony Blair et la fondation Rockefeller Brothers, qui travaille à promouvoir le passage mondial à une économie décarbonée.

Elle crée pour cela des groupes spécialisés, avec des objectifs précis à atteindre, que rejoignent des entreprises ou des Etats, afin de progresser ensemble vers cette nécessaire transition énergétique.

Des groupes de sociétés ou d’Etats pour défendre une économie décarbonée

C’est cette organisation qui a par exemple fondé en 2014 le RE100, pour défendre et promouvoir les énergies renouvelables ; ce groupe fédère aujourd’hui 118 sociétés d’importance mondiale, dans des secteurs aussi variés que l’agro-alimentaire, la banque, le transport, les télécoms, Internet, la restauration, l’électronique, l’électroménager, etc. – dont les français Axa, Crédit Agricole, L’Occitane, La Poste.

ev100-mobilite-electrique-entreprises

Parmi les membres de ce RE100 se trouvent plusieurs acteurs clés du secteur automobile – le groupe BMW, le constructeur indien TataMotor, en pôle sur le développement des véhicules électriques à échelle industrielle, et la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA).

S’appuyer sur les entreprises pour promouvoir la mobilité électrique

The Climate Group a donc tout naturellement créé, en septembre 2017, un nouveau groupe, baptisé EV100, qui vise à développer au maximum le véhicule électrique, en s’appuyant sur de grandes entreprises internationales : « Les entreprises possédant plus de la moitié des véhicules immatriculés sur les routes, il est crucial que celles-ci mènent le virage vers les véhicules électriques » a communiqué l’association.

Le but est de s’appuyer sur leur puissance d’investissement et leurs influences sur leurs millions d’employés et de clients pour faire croître la demande mondiale de véhicules électriques. Car ce qui manque le plus à la mobilité électrique pour vraiment décoller, ce sont des carnets de commande plus remplis chez les constructeurs, qui pourraient accélérer le déploiement industriel et les économies d’échelle de cette filière.

EV100 : créer un effet d’appel par des commandes massives de véhicules électriques

Ce qu’a parfaitement compris The Climate Group, qui déclarait à la création du groupe EV100 : « en définissant leurs futurs besoins d’achat de VE sur une échelle de temps ambitieuse, les entreprises peuvent conduire le déploiement de masse et rendre les voitures électriques plus rapidement abordables pour tous dans le monde entier ».

Pour adhérer au groupe EV100, une entreprise doit prendre l’engagement d’atteindre au moins un de ces trois objectifs pour 2030 :

    • convertir à l’électrique l’intégralité de sa flotte de véhicules de moins de 3,5 tonnes roulant à l’essence ou au gazole
    • définir des exigences dans les contrats de service pour l’utilisation des véhicules électriques
    • soutenir l’adoption des véhicules électriques par leurs employés ou leurs clients en multipliant les bornes de recharge dans tous leurs locaux

Par véhicules électriques, EV100 entend les véhicules électriques à batterie, les hybrides rechargeables et les véhicules à pile à combustible (à hydrogène).

Des engagements forts pour les 16 entreprises signataires

Les 10 entreprises créatrices du groupe, venues des quatre coin du monde et de secteurs économiques variées, sont les suivantes :

    • le numéro 1 chinois d’Internet, Baidu
    • le transporteur allemand Deutsche Post DHL
    • l’aéroport londonien d’Heathrow
    • le géant américain de l’informatique HP
    • le constructeur de meubles suédois Ikea
    • le loueur de véhicule néerlandais LeasePlan
    • le distributeur allemand Metro
    • l’énergéticien américain Pacific Gas and Electric Company
    • le géant américano-néerlandais de l’agro-alimentaire et des détergents Unilever
    • l’électricien suédois Vattenfall

ev100-mobilite-electrique-entreprises

Elles ont été rejointes le 15 décembre par 6 autres membres :

    • la chaîne de supermarché japonaise Aeon Mall, leader en Asie
    • le spécialiste japonais de l’Internet Askul
    • la compagnie aérienne Air New Zealand
    • l’électricien néo-zélandais Mercury
    • le cabinet indépendant de conseil néerlandais Royal HaskoningDHV
    • l’électricien français EDF

EDF, première entreprise française du groupe

EDF est donc la première entreprise française a rejoindre ce groupe. Et elle a décidé de placer la barre haut, en se donnant comme objectif la conversion de l’intégralité de sa flotte à l’électrique, en 2030, tant pour la maison mère que pour toutes ses filiales, en France comme à l’étranger.

« Nous croyons à la place et au développement de la mobilité électrique dans les villes et les territoires. Pour nous, rejoindre l’initiative EV100, c’est la démonstration de cette conviction. Et c’est pourquoi je suis tout particulièrement fier de notre engagement à convertir l’intégralité de notre flotte automobile à l’électrique d’ici 2030 » a déclaré le président directeur général d’EDF, Jean-Bernard Lévy.

Parallèlement, le groupe EDF va également poursuivre son effort sur les bornes de recharge. D’abord à destination de ses employés et clients, en dupliquant sur les différents sites du groupe l’initiative de la centrale nucléaire du Blayais, où « EDF a installé trois hectares de panneaux photovoltaïques sous lesquels sont mises en place des bornes de recharges intelligentes ‘simple plug’ de la filiale d’EDF Sodetrel », une première mondiale.

ev100-mobilite-electrique-entreprises

« Faire de la mobilité électrique une composante importante de la stratégie d’EDF »

Ensuite à destination de l’ensemble des conducteurs de véhicules électriques, en renforçant son apport au réseau de bornes publiques, sur le modèle des 200 bornes de recharge rapide mises en service en 2016 dans le cadre du projet Corri-Door.

ev100-mobilite-electrique-entreprises

La présidente de The Climate Group, Helen Clarkson, a commenté, enthousiaste, l’arrivée d’EDF dans le groupe EV100 : « Les entreprises ont une opportunité exceptionnelle de jouer un rôle important en faveur du développement des véhicules électriques, et de contribuer à baisser les coûts, grâce à leurs investissements et leur capacité d’entraînement. C’est encourageant de voir un industriel tel qu’EDF faire de la mobilité électrique une composante importante de sa stratégie. Je félicite EDF pour son rôle actif auprès des clients, afin de favoriser les usages du véhicule électrique ; le développement des infrastructures de recharge enverra un signal fort aux Français démontrant le grand potentiel de la mobilité électrique ».

En toute logique, d’autres entreprises devraient rejoindre cette encourageante initiative, il est à souhaiter qu’EDF ne reste pas longtemps la seule société française membre du EV100.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here