Les ingénieurs travaillant sur le projet de puits géothermique baptisé Iceland Deep Drilling Project, à Reykjane – programme qui fait partie d'un vaste projet cherchant à faire de l'énergie géothermique soutirée en profondeur une source d'approvisionnement durable -, ont ainsi creusé à plus de 4,3 kilomètres sous la surface de la planète, créant le puits le plus profond dans une zone volcanique active.

Adapter la géothermie au nouveau système électrique mondial

Le procédé géothermique consiste en l'utilisation des liquides chauds stockés à l'intérieur de la terre afin de générer de la vapeur en vue de faire fonctionner une turbine génératrice d'électricité. Dans un puits géothermique standard, les températures peuvent atteindre 250 degrés Celsius, en produisant une puissance d'environ 5 MW. Dans ce nouveau puits, les températures approchent des 430 degrés Celsius.

L'idée est de générer une source plus puissante d'électricité renouvelable avec l'aide de la chaleur des zones volcaniques – mais la problématique principale de ce programme reste le fait de savoir si elle peut être maîtrisée.

Il existe des risques avec le forage dans les zones volcaniques. En plus du magma, que les ingénieurs ont besoin d'éviter à tout prix, la roche volcanique contient de nombreux défauts et fissures, ce qui peut entraîner des contraintes de forage, ralentissant le processus de perçage et augmentant la complexité de la tâche.

L'objectif global de ce programme est de démontrer la faisabilité d'une amélioration des systèmes géothermiques pour les rendre optimaux pour la fourniture d'énergie renouvelable en Europe. Le projet de quatre ans est dirigé par HS Orka, en Islande, en coopération avec d'autres partenaires de l'Islande, dont la France, l'Allemagne, l'Italie et la Norvège.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here