L’opinion évolue à nouveau en faveur de l’énergie nucléaire. Alors qu’une majorité de Français (53%) se prononçait pour la première fois contre “la production d’énergie par les centrales nucléaires” en octobre 2018, ils sont désormais 59% à y être favorables, selon un sondage réalisé par Odoxa pour Aviva Assurance, Challenges et BFM Business.

“Les années Hollande et les promesses réitérées par Emmanuel Macron de limiter drastiquement la production d’énergie nucléaire sont sans doute passées par là, car, historiquement, les Français sont plutôt attachés au nucléaire. Deux ans après Fukushima, ils étaient ainsi encore 67 % à s’y déclarer favorables. Dans un contexte de crise sanitaire perturbant la perception des priorités, on assiste donc à un retour à une situation ‘normale’ plus pro nucléaire que ne l’était la période de ces dernières années “, analysent les auteurs de l’enquête.

Quoi qu’il en soit, le nucléaire reste un sujet extrêmement clivant au sein de la population française. Si cette énergie est condamnée par deux tiers des sympathisants écologistes (66%), 42% des partisans de la France insoumise et 38% des électeurs PS, elle est plébiscitée par 69% des partisans de La République en Marche et par 84% des électeurs des Républicains.

Les Français divisés sur l’impact du nucléaire sur l’environnement

La production d’énergie nucléaire est également davantage défendue par les hommes (73% y sont favorables) que par les femmes (54%). De même, les Français de plus de 65 ans sont plus nombreux (71%) à l’approuver que les jeunes (51%), tandis que 62% des Français des catégories socioprofessionnelles supérieures y sont favorables, contre 50% pour les classes populaires.

Même sur l’impact environnemental du nucléaire, les Français sont divisés. Si la moitié d’entre eux (50%) considère que cette énergie est “plutôt une menace pour l’environnement à cause de la gestion des déchets nucléaires et du risque d’accidents graves”, ils sont presque autant (47%) à dire que “le nucléaire est plutôt une chance pour l’environnement car c’est la principale source d’énergie décarbonée et donc non-polluante contrairement au charbon et au pétrole”.

Enfin, il faut noter que la lutte contre le réchauffement climatique est désormais l’attente numéro 1 des Français (51%) en matière de politique énergétique. Elle passe ainsi devant “le développement des énergies renouvelables” (48%) qui perd 9 points. Dans un contexte de crise, “la réduction du coût de l’énergie” arrive en troisième position, en hausse de 4 points par rapport à 2018.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.