Numéro 1 mondial des énergies renouvelables ou premier pays émetteur de gaz à effet de serre ? Fortement engagé dans la transition énergétique ou encore accro au charbon ? Les clichés sur le système électrique chinois sont nombreux, et parfois contradictoires. Faute d’une vue globale, le risque de confusion ou de simplifications est grand. La Chine est pourtant un pays clé pour l’avenir climatique et énergétique du monde. Petite cure de désintox.

Premier consommateur d’énergie, la Chine est au cœur des questions énergétiques et climatiques mondiales, et le pays semble envoyer des informations contradictoires.

Confronter les idées reçues sur le mix électrique chinois à la réalité

A la pointe en terme d’installations photovoltaïques, éoliennes et hydroélectriques, leader de l’électrification de la mobilité, le pays peut sembler en première ligne de la transition énergétique. Mais, dans le même temps, l’Empire du milieu demeure le premier pollueur du monde, numéro 1 des émissions de gaz à effet de serre, qui continuent d’augmenter années après années…

Un vivifiant article de nos collègues du Monde de l’énergie revient sur huit idées reçues concernant le mix électrique chinois, et les confronte à la réalité des chiffres officiels fournis par le gouvernement chinois – des données dignes de confiance, puisqu’elles rejoignent les observations d’analystes tiers et ne sont pas toutes favorables à l’image que veut se donner le pays.

Energies fossiles : une production qui baisse en pourcentage, mais augmente en valeur absolue

Sur le front des énergies fossiles, par exemple, difficile d’y voir clair entre ceux qui affirment qu’elles reculent dans le mix électrique chinois, et ceux qui affirment qu’elles progressent ! En réalité, les deux points de vue sont valables, tout dépend du critère d’analyse.

electricite-chine-idees-recues-1-2

En effet, la part des énergies fossiles dans la production électrique chinoise est en baisse notable : elle est passée de 83,3% en 2007 à 70,9% en 2017. Mais comme dans le même temps la consommation (et donc la production) d’électricité a bondi de 7,6% par an en moyenne, la production d’électricité d’origine fossile a elle aussi fortement augmenté, en moyenne de 200 TWh par an.

electricite-chine-idees-recues-1-2

La Chine continue d’ouvrir (très régulièrement) des centrales électriques au charbon

Sur la seule année 2017, la production d’électricité d’origine fossile a progressé de 220 TWh, soit, en chiffre brut, une augmentation plus importante que toutes les autres énergies renouvelables cumulées, malgré des records d’installation d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques ! Et comme cette électricité d’origine fossile est majoritairement produite à partir de charbon, nettement plus polluant que le gaz, les émissions de gaz à effet de serre résultantes ont elles aussi connu une forte hausse.

Et si les investissements dans les centrales électriques à combustible fossile ont bien baissé d’un tiers en 2017, ils représentent encore 25% des investissements énergétiques de la Chine sur l’année – le recul du charbon dans la production électrique chinoise n’est pas encore pour demain.

Le plus gros émetteur de gaz à effet de serre du monde, mais pas le mix électrique le plus « sale » !

Cette dépendance au charbon donne d’ailleurs parfois à la Chine l’image du pays au monde dont la production électrique émet le plus de gaz à effet de serre : là encore, c’est vrai en absolu, le pays est effectivement le premier émetteur de CO2 du monde, mais, mis en rapport avec son imposante production d’électricité, le constat est à nuancer.

electricite-chine-idees-recues-1-2

Avec 70,9% d’énergies fossiles dans son mix électrique, la Chine se classe huitième en terme de « propreté » parmi les pays du G20, devant l’Inde, mais aussi le Japon ou l’Australie. Pour autant, le gros problème de la Chine, en terme d’émissions de gaz à effet de serre, est son choix de privilégier parmi ces combustibles fossiles à 95% le charbon, dont il est le premier producteur mondial  : le pays n’utilise pratiquement pas de gaz naturel pour produire de l’électricité, alors qu’il émet trois fois moins de polluants atmosphériques que le charbon.

Ainsi, en prenant comme critère la quantité d’émissions de gaz à effet de serre par MWh électrique produit, la Chine recule nettement dans le classement des mix énergétiques les plus “propres” – mais reste nettement devant les champions du monde de l’électricité au charbon, comme la Pologne ou l’Afrique du Sud.

Des efforts pour réduire les émissions des centrales au charbon…

C’est d’autant plus vrai que le pays fait de vrais efforts pour réduire la pollution provoquée par ses centrales au charbon. La Chine ferme ainsi régulièrement les installations les plus anciennes et les plus polluantes, et, à partir de 2020, le pays va faire appliquer des normes drastiques sur le rendement des centrales au charbon : les nouvelles devront consommer moins de 300 grammes de charbon par kWh produit, les anciennes devront descendre sous les 310 grammes ou fermer.

electricite-chine-idees-recues-1-2

Pour se rendre compte de l’effort proposé par l’Empire du milieu, les 100 plus grandes centrales à charbon américaines en service consomment actuellement en moyenne 375 grammes de charbon par kWh, et toutes sont au-dessus des 310 grammes : ainsi, d’ici deux ans, toutes les centrales à charbon chinoises seront plus propres que les plus importantes centrales américaines actuelles !

mais qui ne compensent les ouvertures de nouvelles installations !

«  La Chine dispose d’un des parcs de centrales à charbon parmi les plus récents et les plus performants de la planète » affirme ainsi Thibaut Laconde, du site Energie et Développement. Le pays a donc réduit la quantité de charbon (et les émissions allant avec) nécessaire à produire de l’électricité – mais cet effort d’efficacité ne compense pas, loin s’en faut, la pollution provoquée par la création de nouvelles centrales.

Dès lors, pour limiter ses émissions de gaz à effet de serre, la Chine a choisi de se tourner vers des moyens de production décarbonnés. Mais sur cette question aussi, de nombreux clichés ou approximations sur le modèle chinois ont la vie dure. Rendez-vous demain pour tordre le cou à d’autres idées reçues, cette fois sur le nucléaire et les renouvelables en Chine.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.