Troisième et dernier volet de notre étude des projets de développement industriel de solutions Smart Grids en France. Après FLEXGRID, en Provence-Alpes-Côte-d’Azur et YOU & GRID dans les Hauts-de-France, place à SMILE, le projet du Grand Ouest, en Bretagne et Pays de la Loire. Par son ampleur, il est celui qui propose le plus nettement une bascule vers un déploiement en conditions réelles – et non une expérimentation : SMILE ambitionne en effet de créer un vaste réseau électrique intelligent sur quatre départements.

 

Après avoir étudié les projets des régions Provence-Alpes-Côte-d’Azur (FLEXGRID) et Hauts-de-France (YOU & GRID) dans les premières et deuxième partie de notre analyse, concentrons-nous sur le projet le plus proche d’un déploiement industriel réel – et non une expérimentation à grande échelle.

 

Une union d’ampleur de partenaires publics et privés

 

Prolongeant les démonstrateurs Smart Grid Vendée et Solenn, le projet Smile (Smart Ideas to Link Energies) ambitionne de mettre en place, d’ici à 2020, un grand réseau électrique intelligent sur les départements du Morbihan, d’Ille-et-Vilaine, de Loire-Atlantique et de Vendée.

 

Smile réunit pas moins de 177 acteurs du secteurs de l’énergie et de l’électricité, dont 34 moyennes et grandes entreprises (dont Enedis, Orange, GRDF, Cofely Ineo, Bouygues Énergie & Services, Delta Dore, Schneider ou Spie), 78 PME et PMI, 4 établissements bancaires et financiers, 25 collectivités territoriales, 17 centres de recherche et de formation, 19 animateurs économiques. L’une des forces de Smile est d’avoir réussi une collaboration exceptionnelle, saluée par le gouvernement, entre acteurs publics et privés.

 

Pluralité des situations énergétiques et objectifs précis

 

D’un budget compris entre 260 et 300 millions d’euros, il se déploie dans une zone représentative de la pluralité des situation énergétiques de la France et de l’Union Européenne : deux métropoles (Nantes et Rennes), une façade maritime (1 380 km de côtes), des zones touristiques (avec des pics saisonniers de consommation), des Îles, des ports et des zones industrielles.

 

Le projet se donne six objectifs principaux :

      1. Intégration massive des énergies renouvelables sur les réseaux électriques

      2. Maîtrise de la demande en électricité et optimisation de la relation consommation / production

      3. Développement d’une interconnexion entre plusieurs plateformes d’échange et d’analyse de données énergétiques d’origine diverses

      4. Intégration des véhicules électriques

      5. Sécurisation des réseaux numériques associés aux réseaux électriques

      6. Validation des modèles économiques

 

Energies renouvelables marines et électricité dans la ville intelligente

 

17 sous-projets différents sont actuellement mis en place sur l’ensemble du territoire. L’intégration des énergies renouvelables est présent dans chacun d’eux : 83 MW de puissance électrique photovoltaïque vont être installées à travers 262 projets, 262 MW d’éolien à travers 30 projets et 20MW de biogaz à travers 29 projets. Une des spécificités de Smile est d’intégrer largement des énergies renouvelables marines à ce réseau intelligent, une première en France.

projets-smart-grids--smile

Smile verra également la construction de 1 000 bâtiments à énergie positive sur l’ensemble du territoire, ainsi que de 20 000 points lumineux intelligent reliés à des plateformes de pilotage de l’éclairage urbain.

 

Un modèle de production / consommation raisonné et prédictif

 

De nombreux projets d’autoconsommation associé à des énergies renouvelables sont en cours de réalisation – eux aussi reliés à des systèmes de pilotage locaux. Smile testera aussi plusieurs solutions de stockage associées à des énergies renouvelables, pour un total de 50 MWh stockée sur l’ensemble du réseau intelligent.

projets-smart-grids--smile

 

Quatre chantiers pilotes ambitionnent de devenir des vitrines à l’international d’un nouveau modèle de production / consommation raisonné et prédictif : il s’agit des deux projets dans des métropoles (Nantes et Rennes) et des deux projets d’Îles Vertes intelligentes, en cours d’installation à Ouessant et sur l’île d’Yeu – qui permettent d’envisager la spécificité des zones insulaires.

 

Intégration du véhicule électrique

 

Concernant la mobilité verte, 1 000 bornes de recharges publiques seront installées sur l’ensemble du territoire, mais l’intégration des véhicules électriques dépasse cette incitation à rouler électrique : le projet vient d’intégrer le Power Manager de Honda, un système de transfert d’énergie bi-directionnel entre le réseau électrique, la maison et le véhicule.

projets-smart-grids--smile

 

L’automobiliste y deviendra à la fois consommateur et contributeur au réseau. L’électricité stockée sur la batterie du véhicule électrique, une fois pleine, pourra être utilisée dans le logement ou revendue au réseau en cas de forte demande. Seul un réseau intelligent particulièrement performant peut gérer ces transferts d’énergie bi-directionnel.

 

PRIDE : une plateforme pour les gouverner tous

 

Pour ce faire, Smile a choisi de s’appuyer sur une plateforme de partage de données développée spécifiquement pour ce smart grid en construction. Baptisé PRIDE (pour « Plateforme Régionale d’Innovation pour les Données d’Energie »), ce système de gestion des données chapeautera l’ensemble des plateformes locales de collectes de données pour en effectuer une synthèse et donner les orientations du Smart Grids.

 

« Cette plateforme logicielle neutre et cyber-sécurisée est la condition sine qua non de la libération et du partage des données smart grids servant de médiation entre les différents protocoles des projets de SMILE. PRIDE prévoit de synthétiser et standardiser en un endroit unique les informations disponibles des sous-projets déployés afin de démontrer et d’analyser l’efficacité du déploiement vis-à-vis des objectifs de maitrise des consommations électriques. » explique Bertrand Yeurc’h, chef du projet PRIDE.

 

Car le grand enjeu de Smile – et de tout Smart Grid au fond – est bien la maîtrise de la consommation. Si cette question traverse l’ensemble des sous-projets de Smile, plusieurs chantiers lui seront spécifiquement dédiées, autour de cinq thématique particulières : Quartier et Habitat, Autoconsommation, Pilotage actif, Zones d’activités intelligentes et Usine du futur.

projets-smart-grids--smile

 

Dimension participative et cybersécurité

 

Dernier chantier, capital devant la masse de données qu’implique Smile : la cybersécurité. Des trois projets choisis par le gouvernement, c’est celui qui a prévu les solutions de partage et de protection des données les plus complètes.

 

Smile s’appuyant fortement sur les population locale, notamment par un outil de sensibilisation des citoyens à grande échelle en cours de finalisation, il permettra partage et consultation des données par tous les acteurs de la chaîne énergétique, y compris les particuliers. D’où cette volonté de mettre en place des outils permettant à la fois des logiques open data et une sécurité maximale.

 

Smile, par son ampleur, son ambition, les solutions industrielles et logicielles novatrices  – mais aussi, logiquement, par son budget –, est bien, des trois projets choisis par le gouvernement, celui sur lequel repose le plus d’espoirs et d’enseignements à venir. S’ils s’étend sur quatre départements chapeautés par une plateforme unique, ce n’est pas un hasard : il est conçu pour n’être qu’un prémisse à une généralisation régionale (et pourquoi pas nationale) de ces solutions smart grids.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here