Entretien avec Julian Aroun, cofondateur de Drapo, jeune entreprise labellisée « FrenchTech » qui se spécialise dans les travaux de rénovation énergétique.

Les Smart Grids : Quelle est la solution de chauffage qui risque s’imposer comme un incontournable à l’avenir ?

Julian Aroun : La chaudière condensation est une technologie stable depuis des années, et relativement abordable. C’est aujourd’hui la solution de chauffage la plus installée en France et celle qui profite le plus des incitations mises en place par l’Etat, comme le crédit d’impôt ou la prime énergie. La tendance est donc partie pour s’accentuer.

LSG : Le chauffage au gaz est-il en train de faire sa révolution, notamment grâce à l’arrivée du compteur Gazpar ?

JA : Le chauffage au gaz a effectivement le vent en poupe. Le gaz est aujourd’hui moins cher que l’électricité et les systèmes de chauffage au gaz sont devenus particulièrement performants et fiables ces dernières années. Cependant, le compteur Gazpar est selon moi une brique indispensable, mais pas une révolution propre au gaz. Quelle que soit l’énergie de chauffage, les compteurs connectés seront la première pierre d’un édifice beaucoup plus large.

LSG : Et du côté de l’industrie du gaz, que pensez-vous du développement de l’industrie du biogaz ? 

JA : Le biogaz est sans aucun doute une énergie d’avenir. Seulement, malgré d’ambitieux objectifs fixés ces dernières années, son développement en France est encore trop lent. Un comble, car la France est avec le Royaume-Uni, le pays le plus prometteur en matière de biogaz, en raison de nos importantes surfaces agricoles, sources de gisement de déchets méthanisables.

LSG : Les compteurs connectés permettent-ils réellement au consommateur de faire des économies, selon vous ?

JA : Les compteurs connectés tous seuls n’apporteront rien. Il faut les imaginer dans un écosystème plus grand, où des services pourront être créés à partir de ces compteurs. Pour cela, il faudra rendre possible par le client la libération de ses données.

LSG : Si un compteur connecté de gaz ou d’électricité permet déjà de réaliser des économies d’énergie, quel est l’intérêt d’utiliser un thermostat intelligent ? 

JA : Les compteurs connectés vont simplement servir de traceurs, d’instruments de mesure. Les thermostats connectés disposent d’une technologie logicielle et matérielle qui va venir étudier, analyser, anticiper les habitudes de consommation. Peut-être qu’à terme les compteurs seront suffisamment puissants pour prendre le relai des thermostats, mais cela est peu probable. Si les thermostats connectés sont de plus en plus efficaces, c’est qu’ils profitent d’une concurrence acharnée et d’investissements privés. De plus, d’énormes entreprises comme Google (à travers la marque Nest) développent des thermostats dont l’objectif est de s’intégrer dans un environnement plus large, à savoir l’habitat. Ce qui les rend particulièrement addictifs et efficaces.

LSG : Les thermostats intelligents peuvent-ils servir à contrôler à distance d’autres appareils que le système de chauffage d’une maison ?

JA : Un thermostat d’ambiance connecté est relié à un système de chauffage. Il ne permet que la maîtrise de ce dernier. Par contre, d’autres objets viennent centraliser la commande de tous les autres. On parle beaucoup en ce moment des assistants vocaux tels que le Google Home ou l’Amazon Echo. Ces objets se positionnent au centre de l’habitat, et vont vous permettre de contrôler l’ensemble de votre logement à partir d’une seule interface. Par exemple, avec une simple phrase prononcée à voix haute, vous pourrez demander au Google Home d’augmenter le chauffage de deux degrés. Il passera lui-même l’ordre au thermostat connecté. 

LSG : Selon des données récentes, seules 2% des personnes chez qui le compteur Linky a été installé ont créé un compte d’accès à leurs données de consommation. Pensez-vous que cette tendance va s’améliorer à l’avenir ?

JA : Le problème aujourd’hui, c’est le manque de services pertinents autour de la consommation d’énergie. Il faut encourager les entrepreneurs à se lancer dans cette voix et à expérimenter. Ils n’attendent que ça. Mais le marché est aujourd’hui bloqué, car les clients ne sont pas réellement propriétaires de leurs données, et ne peuvent pas les partager s’ils le souhaitent, sauf de manière très contraignante. Dans d’autres pays d’Europe, un client a la possibilité en un clic de souris, de partager ses données énergétiques avec une entreprise. Et un autre clic lui suffit pour lui en retirer l’accès. Ainsi, on imagine sans mal la dynamique entrepreneuriale autour de la consommation énergétique dans des pays où le partage de cette consommation est déjà intégré dans les mentalités. Ce n’est pas le cas en France où nous en sommes encore à débattre de l’aspect déontologique de cette possibilité.

Propos recueillis par Julien Jormot pour LesSmart-grids.fr.

Drapo est une jeune entreprise labellisée « FrenchTech » issue du secteur de la rénovation énergétique, elle propose de simplifier les dépenses propres aux travaux de chauffage. Pour en savoir plus, c’est ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here