Le marché de la domotique a, technologiquement, atteint une vraie maturité, même s’il ne s’est pas encore imposé dans les foyers. Dans l’attente d’une accélération qui ne devrait plus tarder, quelles sont les solutions technologiques les plus répandues et les plus efficaces ?

Les solutions domotiques offrent des atouts conséquents sur quatre aspects clés du rapport à son logement : le confort, les économies d’énergies, la sécurité, et la possibilité de rester à son domicile en cas de perte d’autonomie.

Tous les acteurs de ce secteur s’accordent à dire qu’il ne manque qu’un déclic pour un déploiement à très grande échelle du logement intelligent, et tout un écosystème est prêt à sauter dans le train quand il se mettra en marche. L’adoption de solutions domotiques progresse certes, d’années en années, mais reste encore confidentielle.

domotique-point-technologique-decollage-1-2

Les technologies sans fil sont plébiscitées par les utilisateurs

Dans l’attente de ce déclic, prenons le temps de faire un point sur les technologies sans fil et les box domotiques actuellement disponibles.

Les technologies de pilotage sans fil sont en effet largement plébiscitées par les utilisateurs, car elles sont adaptables à tout logement, ne nécessitent pas de grands travaux et peuvent être conservées si l’on quitte son logement.

Plusieurs technologies ont atteint un niveau de maturité et d’efficacité conséquent. Le plus grand soucis est qu’elles sont le plus souvent incompatibles entre elles, obligeant l’utilisateur a choisir une seule technologie pour l’ensemble de son logement.

Protocoles radio : pas favori, le Z-Wave a su tirer son épingle du jeu

Parmi celles-ci, RF433 est une radiofréquence calée sur 433 Mhz, qui était, au commencement de la domotique, l’option la plus répandue, car fiable et robuste. Son défaut est qu’elle se décline dans plusieurs solutions propriétaires, qui ne sont pas toujours compatibles. Si bien qu’elle impose non seulement de n’utiliser que des outils disposant d’une communication en RF433, mais des outils d’une même marque. Ce qui explique sa désaffection progressive.

Z-Wave est un protocole radio développé spécifiquement pour la domotique, utilisant la bande de fréquence de 868 MHz, d’une portée moyenne de 50 mètres. Il est aujourd’hui la plus répandue sur le marché grand public, et celui qui équipe le plus grand nombre de périphériques différents sur le marché. Elle fonctionne, comme la plupart des protocoles radio, sur le principe d’une alliance entre tous les constructeurs l’utilisant.

domotique-point-technologique-decollage-1-2

ZigBee ressemble comme un frère à Z-Wave, puisqu’il utilise la même bande de fréquence, et s’appuie également sur une alliance. Il découle d’un standard international, le IEEE 802.15.4., est plébiscité par des fabricants d’importance comme Legrand ou Schneider, et était la technologie sur laquelle misait de nombreux spécialistes. Mais son manque de partenaires technologiques a freiné son développement au détriment du Z-Wave, qui a su s’imposer auprès de nombreux constructeurs intermédiaires et, donc, du grand public. Mais le ZigBee n’a pas dit son dernier mot.

EnOcean, une technologie de radiofréquence sans alimentation !

EnOcean, développé en Allemagne en partenariat avec Siemens, est une autre technologie montante. Si elle est pratiquement absente de France, elle fait la course en tête avec Z-Wave au niveau mondial, équipant environ 500 000 bâtiments connectés. Si elle communique elle aussi par voix hertzienne, sa particularité est qu’elle utilise des cristaux piézoélectriques qui lui permettent de s’alimenter grâce à l’énergie produite par la pression sur l’interrupteur.

domotique-point-technologique-decollage-1-2

Ce qui signifie qu’un interrupteur EnOcean, à l’inverse de la totalité de ses concurrents, n’a pas besoin d’être alimenté, et ne nécessite donc pas de pile ou autre système d’alimentation. Un avantage technologique non négligeable, qui lui donne une vraie visibilité sur le marché mondial. Outre Siemens, il équipe des fabricants comme Omnio, Osram, Somfy ou WAGO.

D’autres technologies sont utilisées, comme le Bluetooth, les protocoles LoRaWan ou le 6LowPan, mais sont nettement moins répandues.

Comment bien choisir sa box domotique ?

L’autre choix fondamental pour qui veut équiper son logement de solutions domotiques est celui de la box : ce contrôleur est un dispositif électronique et informatique qui centralise les périphériques compatibles. Ces box sont extrêmement nombreuses sur le marché.

Les deux critères centraux sont la compatibilité avec les technologies filaires ou sans fil (une seule d’entre elles, plusieurs d’entre elles, lesquelles…) et la compatibilité des périphériques (ouverture constructeurs) : car, pour fonctionner avec votre box, un périphérique doit à la fois dialoguer avec la bonne technologie, et être pilotable par ladite box. Par exemple, si votre box n’est pas conçue pour dialoguer avec les périphériques de la marque Legrand, quand bien même elle utiliserait le bon protocole, le périphérique resterait inutilisable.

domotique-point-technologique-decollage-1-2

D’autres critères secondaires entrent en compte, comme la continuité de la gamme, donc la pérennité de l’équipement et de ses composants, la puissance de la box (et donc le nombre de périphériques qu’elle peut gérer) ou la sécurité. L’orientation de la box vers tel ou tel usage sera également déterminant : pour un logement en appartement, une box pouvant gérer un portail électrique ou une production photovoltaïque semble surdimensionnée !

Adapter son outil à l’usage que l’on veut en faire

Globalement, le consommateur devra vérifier que la box qu’il choisit pour un usage en intérieur (appartement et maison) peut offrir les fonctionnalités fondamentales de ce type d’usage (pilotage du chauffage, des stores, des ouvrants, de l’éclairage, la vidéosurveillance, la détection de mouvements, de fumée, de température, d’humidité…).

En revanche, s’il dispose d’une maison, il devra veiller à ce que sa box puisse également, en fonction de ses besoins, contrôler un portail, une porte de garage, un contrôle d’accès, un portier vocal ou vidéo, une boîte aux lettres intelligente, des capteurs environnementaux, des éclairages à allumage crépusculaire ou sur détection ou des caméras de surveillance…

Un choix de box ne peut donc se faire à la légère, et il est compréhensible que l’ensemble de ces paramètres rebutent les allergiques aux nouvelles technologies… Il s’agit d’ailleurs d’un des freins qui empêchent encore l’éclosion de ce marché à grande échelle. Rendez-vous demain pour explorer l’ensemble de ces freins, dans la suite de notre étude.

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here