L’Europe multiplie les initiatives pour valoriser les batteries de véhicules électriques usagées, notamment sous l’impulsion du groupe Renault-Nissan. : une station de charge intelligente utilisant ces batteries va ouvrir à Belle-Île-en-Mer l’année prochaine ; elles serviront également à la création de la plus grande unité de stockage stationnaire d’Europe, pour soutenir le réseau électrique ; BMW, de son coté, vient de créer un consortium pour un cycle de vie vertueux de ces batteries.

La première génération de véhicules électriques grand public a été lancée au début des années 2010. Une batterie Lithium-Ion de véhicule électrique a perdu après huit à dix ans d’utilisation, 70% de sa puissance, et ne peut plus servir pour propulser un véhicule. Les constructeurs automobile doivent donc décider quoi faire des premières batteries arrivées à la fin de leur vie automobile.

Si Mercedes, après avoir envisagé d’autres solutions, a finalement choisi de les recycler directement (un procédé long, couteux et environnementalement dangereux), d’autres constructeurs, le groupe Renault-Nissan en tête, ont décidé de donner une seconde vie à ces batteries, car, même à 70% de leur puissance, elles peuvent être utilisées pour du stockage d’électricité stationnaire.

Cela repousse de quelques années le moment du recyclage, augmentant ainsi leur période de rentabilisation (économique et écologique).

FlexMob’ile : un projet de véhicules électriques en autopartage

Les projets dans ce sens se multiplient en Europe. A partir d’avril 2019, Renault va ainsi proposer un système de recharge intelligente de véhicules électriques pour optimiser la production photovoltaïque locale. Le projet, nommé FlexMob’ile, s’appuiera ainsi sur de l’électricité stockée avec d’anciennes batteries de véhicule électrique. Le constructeur automobile a signé, le 21 septembre 2018, un accord avec Morbihan énergie, les Cars Bleus et Enedis dans ce but.

Déjà en test dans des îles portugaises, ce procédé sera une première en France. Son principe est de proposer une flotte d’une dizaine de véhicules électriques en autopartage. Les Renault Zoe et Kangoo ZE seront ainsi disponible en libre-service.

seconde-vie-batteries-ve-europe

Bornes de recharge intelligentes, photovoltaïque local et stockage par anciennes batteries de VE

Les voitures seront rechargées par des bornes intelligentes : « Elles ne rechargeront qu’au bon moment : lorsqu’il y aura de l’énergie renouvelable et plutôt la nuit par exemple » expose Renault. Ces bornes seront alimentées exclusivement par de l’électricité photovoltaïque produite dans l’île, grâce à des panneaux installés sur une quinzaine de bâtiments publics.

Le dispositif est complété par des unités de stockage composée d’anciennes batteries de Nissan Leaf (début de production en 2010) ou de Renault Zoe (2012). Un smart grid pilotera l’utilisation de l’électricité produite et la recharge des véhicules par les bornes.

seconde-vie-batteries-ve-europe

Pilotage par un smart grid

Ainsi, tant que les bâtiments consomment l’électricité produite par les panneaux solaires, elle sera utilisée exclusivement par ces bâtiments. Mais si de l’électricité est produite en surplus, le smart grid choisira soit de recharger un véhicule dont la batterie est vide, soit, si toutes ces batteries sont pleines, de la stocker sur l’unité de stockage.

De la même façon, si les panneaux photovoltaïques ne produisent plus d’électricité mais que les bâtiments en ont besoin (le soir par exemple), le smart grid choisira de décharger les batteries. Ces batteries de stockage pourront également servir à recharger un véhicule qui se présentera alors que la production est nulle.

« Répondre à une problématique environnementale »

FlexMob’ile accompagne ainsi la transition énergétique de l’île, en optimisant la production solaire et en favorisant l’adoption de la mobilité électrique. Pour Renault, l’objectif est double : « C’est d’abord pour répondre à une problématique environnementale. On poursuit cette stratégie en proposant des véhicules décarbonés ».

Il s’agit ensuite d’optimiser les coûts de l’ensemble de sa chaîne de vie des batteries : prolonger l’utilisation des batteries « permet de louer moins cher celles de première main et donc de rendre nos véhicules électriques plus accessibles au grand public » défend le constructeur.

Advanced Battery Storage : Renault construit une unité de stockage de grande capacité

A plus grande échelle, Renault vient d’annoncer la création du système de stockage de l’énergie “le plus important dans son genre jamais construit en Europe”, en s’appuyant là encore sur des batteries usagées de Leaf et de Zoé.

Baptisé Advanced Battery Storage, il prendra la forme de trois sites de stockage d’électricité de grande capacité, dans deux des usines françaises de Renault, à Cléon, en Seine-Maritime, et à Douai, dans le Nord (où sont produits les moteurs électriques du modèle Zoé), et dans une ancienne usine de charbon en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, en Allemagne.

seconde-vie-batteries-ve-europe

« Maintenir l’équilibre entre l’offre et la demande sur le réseau d’électricité »

Cette solution de stockage stationnaire s’appuiera sur plus de 2 000 batteries, en grande partie usagées, plus quelques neuves en complément, et fournira un minimum de 60 MWh de capacité de stockage, soit la consommation journalière d’une ville de 5 000 habitants.

Un tel système permettra de soutenir le réseau électrique, notamment dans l’optique d’une injection de forte quantité d’électricité renouvelable intermittente : « Il s’agit de maintenir l’équilibre entre l’offre et la demande sur le réseau d’électricité en intégrant différentes sources d’énergie, dont les capacités de production ne sont pas constantes. Le moindre écart entre consommation et production déclenche des perturbations qui peuvent compromettre la stabilité de la fréquence de l’électricité domestique. Notre solution de stockage stationnaire sert à compenser ces écarts : elle délivre ses réserves à l’instant précis où un déséquilibre se crée sur le réseau pour en gommer les effets » détaille Nicolas Schottey, directeur de programme Nouveaux Business Energie du Groupe Renault.

Ce système permettra de libérer ou d’amortir l’équivalent de 70 MW de puissance, offrant une plus grande flexibilité au réseau électrique. Début des travaux l’année prochaine, livraison prévue en 2020.

BMW crée un consortium pour un cycle de vie vertueux des batteries de VE

Dernière initiative : BMW vient d’annoncer la création d’un consortium de gestion des batteries, avec le fabricant de batteries Nothvolt et le fournisseur de matières premières Umicore, afin de mettre en place un cycle de vie le plus vertueux possible. Northvolt est connu pour minimiser le recours aux solutions qui augmentent l’empreinte carbone de son activité industrielle, faisant de lui le fabricant de batterie le plus vertueux du monde.

seconde-vie-batteries-ve-europe

Le but de ce consortium est de créer un ensemble de bonnes pratiques, permettant de limiter au maximum l’impact environnemental, de l’extraction des matières premières jusqu’au problématique recyclage de ces batteries Lithium-Ion.

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.