Les initiatives smart city se développent au Québec, dans une région friande de nouvelles technologies. Et si Montréal propose un plan de déploiement à grande échelle, des villes plus modestes, comme Saguenay et Magog, mettent également en place des projets ambitieux.

Nous avons vu, dans la première partie de notre étude, comment la population urbaine du Québec était en forte demande de solutions smart city, et comment Montréal a développé un vaste plan de déploiement, engageant les citoyens dans une démarche participative, notamment sur la question de la mobilité.

Mais si voir une ville fourmillant de start-up et de centres de recherche dédiés aux nouvelles technologies (notamment l’intelligence artificielle) se convertir à la smart city n’a rien que de très logique, les initiatives portées par de petites villes québécoises ont davantage de quoi surprendre.

Saguenay, une ville « au service du citoyen »

Saguenay est une ville de 145 000 habitants, la plus au nord des agglomérations québécoises, située au bord de la rivière du même nom, qui se jette dans l’estuaire du Saint-Laurent. Cette petite ville sans histoire amorce sa révolution numérique, mais en tirant les leçon d’un passé trop centré sur la nouveauté technologique, et pas assez sur les citoyens.

Saguenay se veut, selon son slogan, « au service du citoyen », avec comme objectif que « le numérique soit mis au service de la personne et du bien commun ».  Le but n’est pas de truffer la ville de capteurs, de caméras et de nouveaux outils sans forcément savoir s’ils correspondent à un besoin des habitants : Saguenay est déterminée a devenir une ville en co-création avec ses citoyens.

Vers la « création d’une communauté intelligente »

Pour ce faire, un rassemblement citoyen a été créé, « poussé par notre intérêt commun de promouvoir la ville intelligente comme moyen pour faire face aux enjeux de notre communauté que sont le vieillissement de la population, l’exode des jeunes, etc…  », détaille Jean Duplain, cheville ouvrière de ce projet et responsable communication à Ellipse Synergie, une société spécialisée dans l’intelligence artificielle.

ville-intelligente-quebec-smart-2

L’objectif est bien de (re)nouer du lien social, d’intégrer pleinement les habitants au développement de la ville, et d’utiliser le numérique comme un outil pour souder une communauté inventive et déterminée. Le but est de faire de Saguenay « une ville où l’on se sert de notre intelligence collective pour répondre aux défis de notre siècle où le numérique permet une reconnexion des citoyens avec leur environnement. On parle ici de la création d’une communauté intelligente », développe Jean Duplain.

Ces ambitions ont été validées par une série de bonnes nouvelles courant 2017 : l’annonce de l’installation à Saguenay d’un studio de jeu vidéo d’UbiSoft, l’élection d’une maire, Josée Néron, favorable au projet porté par Jean Duplain, et l’annonce, par le gouvernement provincial du Québec, d’une volonté de favoriser les villes et territoires intelligents. Pour l’heure, le projet est doté d’un site web, d’une activité fournie sur les réseaux sociaux, d’un « living lab », et d’une multitudes de consultations citoyennes qui lui donnent un cap.

ville-intelligente-quebec-smart-2

Magog, une cité industriel sur le déclin, se rêve en « première ville intelligente de type « living lab » au Québec »

Plus au sud, près de la frontière avec les Etats-Unis, à mi-chemin entre Montréal et Pittsburg, dans une plus petite ville, un projet de même type a vu le jour, voici plusieurs années. Magog est une cité de 26 500 habitants, ancien bastion industriel tombé en déshérence, mais lancée dans une reconversion en ville laboratoire, intelligente et durable.

La mutation a commencé en 2009, sous l’impulsion de sa maire, la très dynamique Vicki May Hamm : « Magog avait besoin de se repositionner et de diversifier son économie afin de compenser le déclin sur son territoire d’industries traditionnelles comme l’automobile, l’imprimerie et le textile. Nous avons donc cherché à développer un créneau distinctif qui canaliserait nos efforts de revitalisation aux cours des prochaines années ».

Le choix s’est très vite porté sur les nouvelles technologies et la transition écologique : l’ambition de Vicki May Hamm devient dès lors de faire de Magog « la première ville intelligente de type « living lab » au Québec ». Pour réaliser cette ambition, la maire se lance d’abord dans des grands travaux : la ville installe un puissant réseau de fibres optiques ouvert et à très large bande passante FTTH (Fiber To The Home) sur tout son territoire, tout en réhabilitant le centre-ville.

La fibre comme point de départ, l’éducation, le développement durable et la santé comme fers de lance

Rapidement, toute la ville est équipée en Internet Haut-Débit, couplé à un Wi-Fi gratuit dans le centre-ville, également à haut-débit. Des anciennes usines sont transformées en locaux pour entrepreneurs ambitieux, en pépinières numériques, en incubateurs de start-up, en fab lab, en espaces de travail participatif, ou en loft d’artiste numérique.

ville-intelligente-quebec-smart-2

La fibre n’est en cela qu’un outil, car Magog veut devenir une centre d’excellence des villes durables en misant principalement sur l’éducation, le développement durable et la santé. Le but est à la fois d’améliorer le quotidien des citoyens et d’attirer chercheurs, entreprises et travailleurs : « Il s’agit de faire de Magog un incubateur qui servira à tester et implanter des solutions d’avenir comme la gestion de la circulation, de la consommation énergétique à distance, des soins de santé à domicile, des services de domotique, … », poursuit Vicki May Hamm.

Une attractivité favorisée par la présence d’un campus

Autre atout dans la manche de Magog : la ville est située juste à coté de l’université de Sherbrooke, une ville-campus, une des plus importantes du Canada, classée dans le top 20 mondial sur le développement durable. Un vivier d’entrepreneurs et de professionnels qui facilitent la stratégie de la petite ville.

ville-intelligente-quebec-smart-2

En moins de dix ans, 45 entreprises se sont installées dans les centres de l’activité de la ville, qui soutient avec force tout projet de ce type. 200 emplois ont déjà été créés dans ce domaine, et les perspectives sont plus qu’encourageantes. La qualité de vie s’est grandement améliorée, au grès de nombreux projets communautaires, les habitants ont de nouveau confiance dans leur ville et son avenir. La maire n’en demandait pas tant…

Le Québec concentre ainsi de nombreuses belles initiatives de ville intelligente, toujours centrée sur les citoyens, le lien social, la qualité de vie – à des échelles aussi variées que la métropole (Montréal), la ville moyenne (Saguenay) ou la petite ville (Magog). Une dynamique qui pourrait inspirer le monde entier…

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here