Le Vietnam a connu, ces 20 dernières années, une urbanisation, une industrialisation et une croissance démographique galopantes, qui l’ont imposé comme un pays émergent. Mais les infrastructures, notamment électriques et urbaines, peine à suivre cette explosion. Déterminé également à réduire ses gaz à effet de serre et à développer les énergies renouvelables, le Vietnam s’est lancé dans une révolution. Deux objectifs : moderniser son réseau électrique en utilisant des technologies smart grids et à faire de ses grandes métropoles des Smart Cities. Visite guidée, en commençant par le plan Smart Grid.

Les clichés ont la peau dure. Surtout quand ils correspondent à la réalité. Des deux-roues et des câbles électriques : voici un résumé succinct de ce qui marque le voyageur qui traverse les villes vietnamiennes.

Deux-roues et câbles électriques

Motos, scooters et mobylettes sont omniprésents, ainsi que des enchevêtrements de câbles, débordant des immeubles, se croisant aléatoirement, dont les points de convergence ressemblent à des nids d’oiseaux – donnant une impression de fragilité et de précarité.

vietnam-smart-grid-defis-aujourdhui

C’est malheureusement le cas. Le Vietnam a connu un boom économique et urbain ces dernières années. Avec 92 millions d’habitants, il s’agit du 13ème pays le plus peuplé du monde, et sa croissance démographique se maintient au dessus des 1%.

vietnam-smart-grid-defis-aujourdhui

Un boom économique et urbain

Cette croissance est aujourd’hui essentiellement urbaine, les villes vietnamiennes, notamment Hô-Chi-Minh-Ville et Hanoï, ne cessent de s’étendre, de se développer.

Le taux d’urbanisation augmente d’un point par an depuis une quinzaine d’années : de 21% en 1999, il atteint 34% en 2014. Aujourd’hui, les 787 centres urbains du Vietnam couvrent une superficie de 34 000 km² et une population de 30,4 millions d’habitants. D’ici 2025, le population urbaine au Vietnam devrait atteindre les 52 millions de personnes.

vietnam-smart-grid-defis-aujourdhui

Des infrastructures vétustes

Mais si l’activité économique a suivi cette croissance urbaine, les infrastructures accusent un retard conséquents. Le réseau électrique est aussi vétuste qu’il en a l’air, les pannes et coupures sont courantes. Les petites industries et entreprises sont parfois obligées de décaler des travaux car l’électricité n’est pas suffisante – utilisée par les zones résidentielles. Bien souvent, ceux qui ont les moyens, particuliers et professionnels, utilisent un générateur à essence, qui est à la fois coûteux et anti-écologique – mais unique solution pour palier les carences du réseau.

Les villes souffrent également de transports en commun ou de gestion des déchets inadaptés, la plupart des zones urbaines ne disposent pas d’un réseau distinct pour les eaux de pluie et les eaux usées – quand ce réseau est encore en état de fonctionnement, car dans certaines villes, jusqu’à 40% des eaux pluviales et usées ne sont pas drainées.

Smart Grid et Smart Cities

En plus de rendre les villes vulnérables aux catastrophes climatiques (typhons et inondations), qui devraient se multiplier dans les années à venir, cette vétusté limite forcément l’activité et le bien-être urbain. Mais le gouvernement semble s’être décidé à agir.

Comme en Inde, un double plan a été mis en place, complémentaire : une vaste rénovation du réseau électrique sous forme de smart grid, et une modernisation des villes sous forme de smart cities, avec Hanoï comme figure de proue.

Rénover le réseau électrique en le rendant intelligent

Le frein au développement économique est tel qu’une refonte profonde du réseau électrique est aujourd’hui la priorité. Lancé dès 2012, un « Plan de développement des Smart Grids au Vietnam » définit une feuille de route ambitieuse mais nécessaire. Plutôt que de bricoler avec un réseau existant vétuste, le gouvernement a l’ambition de généraliser un réseau intelligent à l’échelle du pays – ce qui signifie, en milieu urbain notamment, de souvent simplifier le câblage et détruire les compteurs existants pour les remplacer par de nouvelles infrastructures.

vietnam-smart-grid-defis-aujourdhui

Piloté par l’Electricité du Vietnam (EVN), principale société d’électricité nationale, financé à hauteur de 500 millions de dollars par un prêt de la Banque Mondiale, le projet est mis en place par le principal gestionnaire de réseau électrique vietnamien, le National Power Transmission Corporation (NPT).

Ce réseau intelligent va intégrer des systèmes de surveillance, de protection et de contrôle pour améliorer la fiabilité de l’approvisionnement. Un projet d’automatisation des opérations du réseau de distribution est également prévu, ainsi que des systèmes de communication bi-directionnels pour contrôler en temps réel l’utilisation de l’énergie.

Plus d’énergies renouvelables, moins de gaz à effet de serre

Ce réseau intelligent permettra aussi d’intégrer plus facilement les énergies renouvelables, notamment l’éolien et le photovoltaïque, deux sources d’énergies dans lesquelles le Vietnam a largement investi. Autre avantage du smart grid : il offrira une détection rapide des pannes, aidant à une résolution rapide et à une fiabilité accrue.

vietnam-smart-grid-defis-aujourdhui

Au bout du compte, généraliser les solutions smart grid permettra de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre du pays : l’approvisionnement en électricité devenu stable évitera le recours aux générateurs hautement polluant, limitera le gaspillage, augmentera la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique ainsi que leur rendement, et, in fine, réduira considérablement l’utilisation du charbon et du kérosène pour obtenir de l’électricité.

Soutiens internationaux

Le pays a déjà obtenu des soutiens de spécialistes internationaux par mettre en pratique ses ambitions. En 2014, EVN HCMC, une filiale de EVN, a signé un partenariat avec Trilliant, un spécialiste américain des smart grids, pour mettre en place un réseau intelligent à Hô Chi Minh Ville, plus grande cité du pays.

En 2016 l’Agence de commerce et de développement des États-Unis a offert une assistance technique à EVN pour déployer ses smart grids. Le suisse ABB a fourni des logiciels améliorant l’approvisionnement électrique, mis en place avec succès à Da Nang, Hue, Qui Nhon et Buon Ma Thuot (3 millions d’habitants en tout pour les trois villes), et qui devraient être déployé dans les semaines qui viennent à Pleiku et Tam Ky.

A long way…

Evidemment les chantiers seront longs, mais l’objectif en vaut la peine : un réseau plus fiable, plus adapté aux réalités de demain, permettra au Vietnam de soutenir son développement économique tout en réduisant son empreinte carbone, et, ainsi, de s’imposer au sein de l’aire économique de l’Asie du Sud-Est.

Second volet de notre étude, la semaine prochaine, avec l’analyse du plan « Smart City » du Vietnam, notamment à Hanoï.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here