Des recherches menées par l’Université du Luxembourg ont prouvé que les hypothèses sur les processus chimiques utilisés dans la production de cellules solaires sont tout à fait inexactes.

Les chercheurs ont examiné le processus de fabrication des cellules solaires et ont constaté que les hypothèses sur les processus chimiques utilisés par les producteurs au cours des 20 dernières années sont, en réalité, inexactes. Les physiciens ont publié leurs résultats dans la célèbre revue scientifique Nature Communications.

En utilisant une approche différente, des chercheurs de l’unité de recherche en physique et science des matériaux de l’Université du Luxembourg, ainsi que quatre partenaires internationaux, ont pu montrer que la vérité est plus nuancée. Alors que traditionnellement, la couche absorbant la lumière est composée de milliers de grains individuels, le groupe de recherche a choisi une stratégie de fabrication plus exigeante et réussi à obtenir une couche constituée d’un seul grain.

« Essentiellement, dans ce travail, nous montrons que si l’absorbeur est constitué d’un seul grain, ajouter une petite quantité de sodium permet d’homogénéiser la distribution des éléments », selon Diego Colombara, aujourd’hui chercheur Marie Curie au Laboratoire international de nanotechnologie ibérique et chercheur principal de l’étude. « C’est très surprenant, parce que plus de 20 ans de recherches antérieures ont toujours montré l’effet inverse sur les absorbeurs multi-grains. »

La conclusion des chercheurs est que le sodium, utilisé jusqu’à présent pour améliorer le rendement des cellules solaires, a un double effet : il homogénéise les éléments à l’intérieur de chaque grain, mais ralentit l’homogénéisation dans l’interaction entre les grains.

source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here