Les recherches menées par le Laboratoire national des énergies renouvelables des États-Unis (NREL) ont montré que l’ajout de couches minces à du tissu de fabrication peut permettre d’alimenter en énergie des capteurs électroniques portables.

Des scientifiques du Laboratoire national des énergies renouvelables (NREL) rattaché au ministère américain de l’Energie américain ont annoncé des progrès significatifs dans la performance thermoélectrique des semi-conducteurs organiques à base de nanotubes de carbone. Ces derniers peuvent au final être intégrés dans les tissus utilisés pour la fabrication de vêtements pour transformer la chaleur du corps en électricité ou en petite source d’énergie.

La recherche démontre un potentiel significatif pour les nanotubes de carbone à paroi unique semi-conducteurs, pouvant être le matériau principal de générateurs thermoélectriques efficaces, plutôt que d’être utilisés comme composant dans un matériau thermoélectrique dit « composite » qui contiendrait, par exemple, des nanotubes de carbone et un polymère.

Cette découverte est décrite dans un nouveau document publié par Energy & Environmental Science.

source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here