Siemens, le géant allemand de l’industrie et de l’énergie, vient de s’associer à SAP, premier éditeur européen de logiciel, pour développer des outils de traitement de données adaptées aux réseaux intelligents. Ce traitement de données est au cœur de la révolution technologique qu’offrent ces réseaux intelligents, par la multiplicité des applications possibles. Tour d’horizon.

A la fin du mois de mars 2017, SAP et Siemens ont annoncé que les deux entreprises allaient unir leurs efforts pour améliorer Energy IP, la plateforme de gestion de données dédiée aux compteurs électriques et aux réseaux intelligents, développée par le constructeur allemand.

Siemens est en l’une des plus importantes entreprises de technologie industrielle d’Europe, qui a décidé de prendre le virage des énergies renouvelables et des réseaux intelligents. Egalement basé en Allemagne, SAP est une entreprise spécialisée dans la conception et la vente de logiciels, notamment des systèmes de gestion et de maintenance : premier éditeur de logiciel en Europe, quatrième mondial, SAP peut apporter à Siemens son expertise dans la gestion des données.

smart-grids-donnees-accord-sap-siemens

Siemens, un géant de l’énergie et des réseaux électriques

Développer un outil de gestion des données pour les services publics et les sociétés d’énergie

Cette collaboration devrait démarrer durant le second trimestre 2017 afin de développer de nouveaux outils dédiés aux services publics et aux entreprises spécialisées dans l’énergie : les clients de Siemens pourront désormais acheter directement Energy IP auprès de SAP, sous le nom de « SAP Meter Data Management par Siemens ». Le but est d’aider les utilisateurs à mieux gérer les millions de données générées par les réseaux intelligents.

smart-grids-donnees-accord-sap-siemens

« Siemens et SAP ont des relations de longue date avec les services publics et les municipalités » a ainsi affirmé Thomas Zimmermann, PDG de la branche Siemens Digital Grid. «Notre plate-forme d’application de réseau intelligent, Energy IP, combinée aux solutions SAP for Utilities, concernera près de la moitié des réseaux électriques dans le monde et apportera à nos clients un niveau élevé d’intelligence et de compréhension pour rendre les données non seulement utiles mais utilisables dans notre monde basé sur l’information ».

« 846 copies de Guerre et Paix chaque seconde »

Si cet accord est crucial pour les deux sociétés, et particulièrement pour Siemens, c’est que la mutation des réseaux électriques vers des réseaux intelligents se fait en démultipliant les données générées par ces réseaux, pour se chiffrer en centaines de tetraoctets par an. « Si un réseau électrique produit chaque seconde une quantité de données équivalente à une copie du roman de Charles Dickens, Le Conte de deux cités, une smart grid peut produire 846 copies (ou plus) de Guerre et Paix de Léon Tolstoï chaque seconde » résume un rapport d’Accenture. Leur traitement est au cœur des préoccupations des acteurs de ce secteur.

Cinq grands types de données à traiter : un défi technique de taille

Car, en plus d’être nombreuses, ces données sont extrêmement hétérogènes. Cinq grands types de données traitées par les réseaux intelligents peuvent être distinguées :

  1. Les données opérationnelles : il s’agit de toutes les données techniques décrivant les fonctionnements des installations électriques (voltage, flux électriques, capacité de réponse à la demande, etc.).
  2. Les données non-opérationnelles : elles regroupent les informations sur l’état des infrastructures, notamment leur utilisation et leur fiabilité.
  3. Les données relatives aux compteurs électriques : elle représentent l’ensemble des informations propres à chaque compteur et donc à chaque utilisateur du réseau (l’usage total d’électricité du client, sa variation dans le temps, sa ventilation en fonction des heures, des jours, des saisons, les pics de consommation, ainsi que les données personnelles et les éventuelles recommandations faites par le réseau pour améliorer sa consommation, etc.)
  4. Les données liées à des événements particuliers : il s’agit des données remontées par le réseau en cas d’incident technique, panne, coupure ou autre événement imprévisible
  5. Les métadonnées : ce sont l’ensemble des autres données nécessaires aux traitements et à l’organisation des quatre autres types de données.smart-grids-donnees-accord-sap-siemens

Le réseau intelligent (smart grid) :

une multiplication des points de collecte de données

Concernant l’utilisation de ces données, leur mobilisation peut être immédiate et évidente, par exemple le relevé des compteurs ou la détection des pannes. Mais la plupart de ces données ont besoin d’être analysées et mises en relation pour être utilisables : c’est là qu’un spécialiste des équipements électriques comme Siemens a besoin du savoir-faire d’une société comme SAP, qui sait gérer et traiter des données extrêmement nombreuses et diverses pour les valoriser. La société vient de proposer une mise à jour de Vora, son outil d’analyse commerciale, pour fournir un support permettant la mise en œuvre du cloud sur sa plateforme SAP Cloud Platform Big Data Services.

Première application visée : anticiper la production et la consommation

Les applications de ces données sont très nombreuses, mais l’on peut en évoquer quelques-unes. La plus fondamentale, celle pour laquelle, à l’origine, le principe même du réseau intelligent a été développé, c’est l’anticipation de la production et de la consommation d’électricité.

La production d’énergie éolienne et photovoltaïque est par nature intermittente : un outil efficace peut permettre d’anticiper les pics et les creux de production, et les relier aux pics et aux creux de consommation à proximité. Cela peut permettre, par exemple, de déclencher la charge d’un véhicule électrique ou la mise sous tension d’un chauffe-eau en fonction de la production locale d’énergie renouvelable. Cela offre également la possibilité d’indiquer aux consommateurs les moments clés auxquels il est préférable qu’ils n’utilisent pas, ou peu, d’électricité.

Prévoir les pannes, s’adapter à la météo, lutter contre la fraude…

smart-grids-donnees-accord-sap-siemens

Parmi les autres applications possibles, le traitement des données peut permettre de prévoir les pannes et les coupures de courant, en fonction d’un historique précis, et ainsi déployer les équipes de maintenance en amont des futures coupures afin d’offrir à la fois un service plus fiable et un coût d’exploitation moins élevé. Le réseau peut également, sur le même principe, être mieux sécurisé face aux aléas météorologiques en anticipant les effets de tempêtes ou de froids extrêmes sur son efficacité.

On peut également citer, dans les applications possibles, la lutte contre la fraude : en mettant en place des algorithmes comparant la puissance délivrée et la puissance facturée, il est possible de repérer les usagers les plus suspects et de viser plus efficacement qu’avec un réseau traditionnel les potentiels fraudeurs. D’autres applications sont bien évidemment opérationnelles ou en phase de test, pour offrir un service toujours plus fiable, personnalisé et adapté au monde d’aujourd’hui.

Intégrer les technologies de l’information et les technologies opérationnelles

« SAP considère cet accord comme une opportunité unique pour nos clients de tirer parti du savoir faire et des solutions de SAP et Siemens, qui sont deux leaders du marché pour l’intégration IT / OT (« IT » pour « Technologie de l’Information » et « OT » pour « Technologie Opérationnelle ») » a affirmé Henry Bailey, vice-président de SAP Utilities Unité. « L’accès en temps réel aux données de l’appareil et du compteur combiné avec les données commerciales et clients aidera à fournir aux services publics une vue d’ensemble de leurs clients et des dispositifs techniques. »

Au-delà même du traitement des données, cet accord offrira aux deux entreprises une accélération de leur développement auprès de nouveaux clients, via le carnet d’adresses de l’autre groupe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here