Les chercheurs de Columbia Engineering (États-Unis) et leurs confrères du Département de chimie de l’Université de Columbia et de l’Université de Stanford, ont développé une méthode nouvelle, évolutive et peu coûteuse, dite « trempée et sèche », pour fabriquer un absorbeur d’énergie solaire qui peut exploiter et convertir la lumière du soleil en chaleur pour une utilisation dans une large gamme d’applications liées à l’énergie, du chauffage de l’eau à la production de vapeur, en passant par le chauffage résidentiel.

L’équipe, dirigée par Yuan Yang, a détaillé les méthodes utilisées dans un article publié dans le numéro du 28 août 2017 de la revue Advanced Materials.

La récolte optimisée de la lumière du soleil a été un objectif principal pour la science ces dernières années. Les convertisseurs solaires thermiques, qui peuvent absorber la lumière sur l’ensemble du spectre solaire et la convertir en chaleur à des rendements remarquablement élevés, sont une technologie très prometteuse pour la récolte d’énergie solaire. Cependant, la réalisation d’une conversion solaire-thermique à haut rendement reste un procédé coûteux.

En travaillant avec les instruments et installations du laboratoire de Columbia Engineering, les chercheurs ont pu fabriquer des convertisseurs plasmoniques à base de métal par le biais d’un processus peu coûteux qui permet de régler les équipements en fonction des différentes conditions d’exploitation.

Plus d’informations (en anglais).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here