Mi-novembre, Lyon est devenu le premier centre-ville de France entièrement équipé de compteurs électriques communicants. La métropole va ainsi pouvoir encore accélérer le développement industriel des smart grids, une technologie dont elle est devenue une référence, à l’échelle française et européenne. Première partie de notre étude sur la bien nommée ville des Lumières, centrée sur l’optimisation de la consommation par des technologies smart grid.

La métropole lyonnaise est une des locomotives françaises du déploiement des smart grids, et ce dès les premières expérimentations. Pas moins de 40% des démonstrateurs smart grids installés en France, depuis le milieu des années 2 000, l’ont été dans l’agglomération de Lyon. Fort de cette expertise, la ville a entamé sa bascule vers un déploiement industriel des réseaux intelligents, en même temps qu’elle s’engage pleinement dans la transition énergétique.

lyon-smart-grids-optimiser-consommation

« Un territoire pionnier de déploiement des technologies smart grids »

Ce n’est donc pas un hasard si le centre-ville de Lyon est devenu, mi-novembre, le premier de France a achever le déploiement du compteur communicants : 575 000 boitiers Linky ont été installés dans le centre, pendant que, dans l’agglomération, 1 000 nouveaux compteurs sont installés tous les jours.

Si Lyon est la première cité à terminer ce déploiement, c’est que la métropole lyonnaise est celle qui est le plus à même d’en profiter, immédiatement. Le Grand Lyon est en effet le premier territoire d’expérimentation des smart grids en Europe, et chacun de ces projets va servir de base au déploiement industriel de ces solutions intelligentes, permettant de piloter la consommation, pour la coordonner au mieux avec la production d’électricité, notamment pour les renouvelables.

« La Métropole de Lyon est fière d’être un territoire pionnier en matière de déploiement des technologies smart grids. La généralisation du compteur Linky à l’échelle du territoire participe à la démarche de transition énergétique globale dans laquelle nous sommes engagés et qui doit déboucher sur une gestion de l’énergie plus sobre et plus respectueuse de l’environnement, au service des habitants et des entreprises. » a ainsi déclaré David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon.

lyon-smart-grids-optimiser-consommation

Impliquer les citoyens pour qu’ils réduisent leur consommation

Symboliquement, en 2010-2011 Lyon avait déjà été, avec l’Indre-et-Loire, le territoire d’expérimentation à grande échelle du compteur Linky, avant sa validation par le premier ministre, le 9 juillet 2013.

De même, la première expérimentation des potentialités d’économies auprès des particuliers de ce compteur s’était également déroulé dans l’agglomération lyonnaise : le site Internet Watt & Moi avait permis, durant deux ans, à 1 000 locataires en logement social équipé de Linky de consulter en temps réel leur consommation électrique.

lyon-smart-grids-optimiser-consommation

« Sans le concours des citoyens, la politique de transition énergétique est en partie vouée à l’échec », note David Kimelfeld, conscient que la réduction de la consommation d’énergie passe par une démarche active des particuliers, qu’il faut éduquer et accompagner sur la voie de la frugalité énergétique.

Fruit direct de Watt & Moi, la métropole a mis en place un portail client, qui permet aux abonnés de suivre au jour, au mois, à l’année leur consommation, et les comparer à celle de foyers équivalents – permettant une fructueuse prise de conscience.

Observation et pilotage, pour optimiser la consommation électrique

A plus grande échelle, les deux démonstrateurs Greenlys et Smart Electric Lyon ont également apporté leur lot d’enseignements. Le premier, piloté par Enedis, expérimentait les fonctionnalités smart grids en zone urbaine, autour des potentialités de Linky, auprès de 1 000 clients résidentiels et 40 sites tertiaires. Le second, piloté par EDF et Enedis, a permis de tester auprès de 25 000 particuliers, commerçants, entreprises et collectivités du Grand Lyon, les solutions innovantes des systèmes électriques de demain.

 

lyon-smart-grids-optimiser-consommation

L’un et l’autre ont permis de progresser sur des questions clés de l’électricité du futur. Ils ont validé l’efficacité de nombreux outils et matériels innovants. Ces outils ont offert la possibilité d’expérimenter diverses techniques de pilotage de la consommation et d’effacement, des problématiques-clés pour l’avenir des réseaux électriques.

Ces outils innovants ont aussi permis de mettre sur pied un véritable réseau de communication sur le réseau électrique – permettant tout à la fois les échanges avec les clients (mise à disposition d’information et collecte de données) et le déploiement d’un protocole de communication interne au réseau.

lyon-smart-grids-optimiser-consommation

Là encore, l’industrialisation de ces moyens d’échange, de communication, de pilotage permettra à la métropole lyonnaise de basculer dans une nouvelle logique de traitement de l’électricité, plus individualisée et, tout à la fois, toujours reliée au collectif. Cela nécessitera un traitement des données à grande échelle, déjà expérimenté sur ces démonstrateurs – qui ont validé, également, les outils de protection et de sécurisation de ce big data.

Traitement des données à grande échelle

La métropole et Enedis vont collaborer sur un déploiement à grande échelle de cette collecte et ce traitement des données, confidentielles et sécurisées. Il s’agira bien évidemment d’optimiser la consommation des différents clients, mais aussi de développer, grâce à ces informations, des « actions concrètes pour la transition énergétique ».

La métropole prévoit notamment de faire un audit précis de la consommation de l’ensemble des bâtiments de la ville, pour cibler avec précision ceux qui doivent être rénovés en priorité.

Ces données peuvent permettre également de simuler des scénarios énergétiques, pour aide à la prise de décision publique. C’est notamment le cas pour le quartier de la Part-Dieu : le traitement des données énergétiques a permis de mettre en place un projet de rénovation offrant 150 000 m2 de logements et bureaux supplémentaires ainsi qu’un doublement de la capacité de la gare – le tout en conservant la même consommation électrique qu’en 2011 !

Même si la question de la consommation, de sa régulation, son optimisation et son pilotage est centrale pour l’avenir de la métropole, les smart grids lyonnais offrent d’autres atouts énergétiques. Rendez-vous demain pour analyser l’intégration des énergies renouvelables et la mobilité électrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here