Premier smart grid français mis en place à l’échelle d’un quartier, en 2012, IssyGrid est désormais parfaitement opérationnel, à échelle réelle. Mieux, le réseau intelligent a commencé à devenir contributif. Retour sur une belle réussite made in France, qui annonce sans doute des déploiements à plus grande échelle.

Il a fallu quatre ans pour que le projet expérimental IssyGrid devienne opérationnel. Mis en place en 2012, à l’échelle de deux quartiers d’Issy-les-Moulineaux, le centre d’affaire Seine Ouest et le quartier résidentiel du Fort d’Issy, il est actif depuis le printemps 2016, et a prouvé qu’un réseau intelligent offrait de réelles économies, tant aux particuliers qu’aux entreprises ou aux gestionnaires du réseau.

Un consortium d’entreprises à la manoeuvre

Le projet a été mis en place par un consortium d’entreprises – Bouygues Immobilier,  Alstom, Bouygues Energies et Services, Bouygues Telecom, EDF, ERDF, Microsoft, Schneider Electric, Steria et Total. Le smart grid a été prévu pour piloter l’utilisation de l’énergie dans les différents composants d’une ville d’aujourd’hui.

IssyGrid comprend en effet environ 1 000 logements connectés, dont 861 au Fort d’Issy, soit un total de 2 200 habitants. Il pilote également 4 immeubles de bureaux, soit plus de 120 000 m² et plus de 5 000 employés. Il est connecté à l’Ecole de Formation du Barreau de Paris (EFB), soit 8 500 m² et 1 700 étudiants. Il gère enfin une partie de l’éclairage urbain.

issygrid-premier-smart-francais

Des bâtiments intelligents pour 2 200 habitants, 5 000 employés, 1 700 étudiants

IssyGrid va continuer de s’étendre dans les prochains mois. Des travaux sont en cours de finalisation, pour relier la gare RER Issy-Val-de-Seine au réseau intelligent ; d’autres bâtiments vont être intégrés d’ici 2018, portant le total à 2 000 logements, soit 5 000 habitants, et à plus de 10 000 employés. La ville envisage de développer le smart grid dans d’autres quartiers de la ville – et, à terme, le déployer sur l’ensemble du territoire urbain d’Issy-les-Moulineaux.

L’ensemble de ces bâtiments sont des bâtiments intelligents, disposant de nombreux capteurs permettant d’adapter la consommation d’énergie à la présence ou non des occupants, pour l’optimiser. Le bâtiment produit sa propre électricité par des panneaux photovoltaïques, et dispose de systèmes de stockage permettant de décaler l’utilisation de cette électricité de sa production.

issygrid-premier-smart-francais

 

 

 

Un poste de distribution électrique dernière génération, des stockages d’énergies innovants

Le quartier a été équipés de nombreux nouveaux équipements, testés pour la plupart pour la première fois à échelle réelle. C’est notamment le cas d’un poste de distribution électrique pilotable à distance par Enedis, qui offre une gestion en temps réel de la consommation, de la production et du stockage d’électricité.

IssyGrid dispose également de deux systèmes de stockage d’électricité, l’un utilisant des batteries Lithium-Ion classiques, l’autre des batteries de seconde vie issue de véhicules électrique Renault Kangoo Z.E. Une batterie de voiture électrique peut en effet devenir un espace de stockage d’électricité à usage domestique, alors qu’elle n’a plus la puissance nécessaire à faire rouler une voiture.

issygrid-premier-smart-francais

Tableau de bord, réseau à bas débit et éclairage urbain

Autre innovation : le réseau radio à bas débit LoRa, utilisé pour piloter les objets connectés, a été choisi pour piloter le réseau intelligent dans certains espaces, notamment une des trois installations photovoltaïques du quartier, ainsi qu’une tour de bureaux.

Concernant l’éclairage urbain, des lampadaires équipés de détecteur de présence ont été installés, ce qui permet au quartier de moduler l’éclairage en fonction des passages – ce procédé a permis, à lui seul, de diviser par deux la facture électrique liée à ce poste !

Enfin la start-up française Embix a créé spécialement pour ce projet un tableau de bord de supervision électrique, qui gère, traite et transmets l’ensemble des données générées par le site. Compte tenu du nombre de capteurs intelligents installés dans tous les bâtiments, résidentiel ou de bureaux, ce flux de données est particulièrement important.

issygrid-premier-smart-francais

Une consommation d’énergie mieux maîtrisée

Depuis qu’il est opérationnel, le 6 avril 2016, IssyGrid met à la disposition du public, gratuitement, les données énergétiques du quartier. Il est également devenu contributif, puisqu’il propose à tous les participants (particuliers, sièges sociaux, bornes de recharge de véhicules électriques, opérateurs de réseau d’énergie, commerces, etc.) de publier leurs données en open data.

Les habitants reliés à IssyGrid peuvent connaître leur consommation électrique en temps réel, ce qui a permis à de nombreux foyers de réduire leur facture énergétique ; ils ont également la possibilité d’être informé 6 heure à l’avance de la production d’électricité photovoltaïque par le quartier, ce qui leur permet de décaler leur consommation à des moments où la production est la plus forte.

Un soin particulier au traitement des données, en partenariat avec la CNIL

Dernière innovation d’importance pour IssyGrid : un partenariat noué dès 2014 avec la CNIL a permis au réseau intelligent de vérifier à chaque étape de son déploiement que les données personnelles traitées par IssyGrid respectait bien la loi Informatique et Liberté. Le but était de garantir aux habitants un respect total de leur vie privée.

Dans le détail, les données des logements sont envoyées à la plateforme de données par grappe de 10 au sein d’un même immeuble ; ainsi la plateforme peut traiter des informations fiables et précises sur l’ensemble du bâtiment, sans pour autant connaître le détail de la consommation ou de l’occupation d’un logement en particulier. Ce traitement de données par groupe de dix garantie la confidentialité des données particulières d’un logement.

Vers un déploiement plus large ?

La CNIL a bien vérifié qu’un système de signatures électroniques empêchait techniquement toute remontée et collecte de données spécifiques à un logement particulier.

Allant même plus loin que les recommandations de la CNIL, IssyGrid laisse à ses habitants le choix d’être inclus ou pas dans la collecte des données. Si un habitant décide qu’il ne souhaite pas que ses données soient utilisées pour améliorer la performance énergétique de son immeuble, il suffit qu’il le notifie, et IssyGrid ne collectera aucune donnée pour ce logement.

Cette protection optimale des données est le dernier atout d’un projet expérimental qui fait la preuve de son efficacité et qui est gros d’un double avenir : celui, déjà évoqué, de s’étendre dans la ville d’Issy-les-Moulineaux ; celui, plus important encore, de servir de point de référence pour les futurs déploiements à grande échelle des smart grids en France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here