Le Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas s’est achevé mi janvier 2018 : il a été marqué par une forte présence des objets connectés, notamment à destination de la maison et des économies d’énergie. Découverte de quelques innovations.

Le CES est le plus grand salon consacré aux nouvelles technologies dans des déclinaisons grand public. Son édition 2018 s’est tenue en janvier : parmi les 4 000 exposants, les assistants vocaux et l’intelligence artificielle étaient clairement à la mode. Mais le salon nous a réservé quelques belles surprises dans le champ de la maison connectée et des économies d’énergie.

Dans ce domaine, la star du CES 2018 était clairement le radiateur intelligent avec borne de stockage développé par Lancey Energy Storage, que nous avions présenté dans notre étude sur les radiateurs connectés de décembre 2017. Ce produit innovant, simple et fonctionnel a déjà conquis de nombreux observateurs, ce qui devrait lancer son déploiement partout dans le monde.

Legrand : un portail pour coordonner les utilisations des objets connectés

Autre poids lourd du secteur, Legrand a présenté un portail en ligne, nouvelle étape de sa stratégie d’ouverture et d’interopérabilité. Son but est de faire dialoguer un maximum d’objets connectés entre eux pour coordonner leurs utilisations, afin d’optimiser leurs utilisations, pour le confort de l’utilisateur et une dépense d’énergie moindre.

ces-2018-nouveautes-maison-connectee

Baptisé « Works with Legrand », ce portail bénéficie d’un partenariat avec tous les géants des nouvelles technologies, de Google à Apple, en passant par Samsung, Microsoft et Amazon : de quoi assurer un pilotage efficace de l’ensemble des objets connectés d’une maison. Le but est que le possesseur d’une enceinte connectée Amazon ou Google puisse, grâce à elle, commander à l’ensemble des objets de sa maison, même ceux qui n’ont pas été développés en partenariat avec ces géants du web.

Netatmo présente son chatbot de pilotage de la maison connectée

Dans le même ordre d’idée, une autre innovation a été présentée au CES, là aussi made in France : Netatmo, le spécialiste de la domotique et de la maison connectée (par ailleurs partenaire de Legrand et participant au portail « Works with Legrand »), a dévoilé son Netatmo Smart Home Bot, un assistant personnel capable de piloter l’ensemble des objets connectés d’une maison. Il s’agit d’un chatbot, une intelligence artificielle avec laquelle l’utilisateur peut dialoguer pour contrôler les équipements de sa maison, notamment d’un point de vue énergétique.

 

Ce chatbot possède de nombreux atouts : il s’adapte à ses utilisateurs, il parle un langage courant, il est programmable : une phrase ou un ordre permet de déclencher plusieurs actions dans la maison; « La maison est maintenant capable de communiquer avec ses habitants et d’agir en conséquence. Ainsi, la commande « Je pars » permet d’éteindre la lumière, de fermer les volets et d’activer l’état de vigilance maximale pour les caméras de sécurité. Avec le Netatmo Smart Home Bot, nous offrons à notre utilisateur une expérience personnalisée de la maison connectée » expose Fred Potter, président et fondateur de Netatmo.

ces-2018-nouveautes-maison-connectee

Quand votre maison devient votre amie sur Facebook

Autre originalité du Netatmo Smart Home Bot : il est commandable via… Facebook Messenger ! Il est pilotable avec la voix mais aussi via le service de chat le plus utilisé au monde ; une fois programmé, tout se passe comme si votre maison était devenue votre amie sur Facebook ! Il suffit de lui demander de couper le chauffage, d’allumer ou d’éteindre une lumière, ou de vérifier qui est présent à la maison – et l’assistant s’exécute et vous répond.

Une solution pratique, très facile à prendre en main (bien plus que les applications mobile proposées par la plupart des solutions domotiques), intuitive et intelligente, qui vous permet de contrôler au mieux votre maison – et donc sa consommation électrique.

Obox : récupérer la chaleur des douches prises pour alimenter le chauffe-eau

La start-up toulousaine EH Tech a présenté au CES un autre outil simple, de petite taille, mais offrant de substantielles économies d’énergie : baptisée Obox et destinée à une clientèle de particuliers, il s’agit d’une boîte qui récupère la chaleur de l’eau d’une douche pour alimenter le chauffe-eau.

Protégée par sept brevets, cette innovation de taille réduite (30 cm de large, 40 cm de long et 24 cm de haut) s’appuie sur un principe simple. Obox s’installe à la sortie de la douche : dans la boîte deux tuyaux se croisent ; un est celui qui permet l’évacuation des eaux usées après une douche ou un bain – des eaux, la plupart du temps, chaudes (à plus de 35°C) ; l’autre est celui qui amène de l’eau froide au chauffe-eau.

Jusqu’à 63% d’économies d’énergie sur l’eau chaude sanitaire

La conception d’Obox et la proximité des deux tuyaux permet ainsi de pré-chauffer l’eau qui arrive dans le chauffe-eau : « Les deux eaux ne se mélangent pas, il n’y a pas de contact entre les deux. Ce n’est pas un recyclage des eaux usées » précise Hugo Durou, président de l’entreprise.

ces-2018-nouveautes-maison-connectee

Ainsi l’eau qui arrive dans le chauffe-eau est à 30°C environ, au lieu de 10°C, ce qui permet de réduire considérablement sa consommation, et donc sa facture d’électricité. EH Tech évoque jusqu’à 63% d’économie d’énergie – une solution bonne pour le budget des utilisateurs, et bonne pour la planète. Vendue 1 000 euros, l’Obox, d’une durée de vie de 25 ans, est rentabilisée dès 4 à 5 ans.

ces-2018-nouveautes-maison-connectee

Rêve américain et récupérateur de chaleur collectif

L’inconvénient principal de cette machine est qu’elle s’insère au niveau de l’évacuation, en général située, en France, sous la douche ou la baignoire, ce qui la rend complexe à installer sur des équipements déjà existants. Raison pour laquelle l’entreprise se concentre, en France, sur le neuf, et, surtout, vise le marché américain : « Le marché est plus prometteur là-bas qu’en France. On est en France davantage sur un marché de rénovation, et c’est difficile d’intégrer notre système dans ces cas-là. C’est différent aux États-Unis », explique Hugo Durou.

ces-2018-nouveautes-maison-connectee

EH Tech vient également de commercialiser un récupérateur de chaleur collectif, potentiellement destiné à tous équipements privés ou publics disposant de nombreuses douches, piscines, salles de sport, clubs sportifs. Le premier a été installé à la piscine des Argoulets, à Toulouse : « Au lieu d’avoir un récupérateur par douche, on en a un en bas de l’immeuble qui récupère la chaleur de toutes les eaux évacuées », explique le président de EH Tech. Une belle innovation, qui gagnerait à se généraliser pour réduire la consommation électrique des foyers et de certains équipements collectifs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here