Interview – Lancey Energy Storage est une des start-ups les plus en pointe dans le domaine de la lutte contre les pertes d’énergie. Elle propose un radiateur électrique doté d’une batterie lithium ion rechargeable : un système qui permet de bénéficier des heures creuses pour faire des provisions d’énergie, à consommer pendant les heures pleines.

Les-Smartgrids.fr sont allés à la rencontre de Raphaël Meyer, CEO, Cofondateur de Lancey Storage Energy.

Les-Smartgrids.fr : Le radiateur Lancey rencontre un succès médiatique bienvenu pour la marque, mais aussi pour les l’ensemble des acteurs de la maison connectée, pensez-vous que ce secteur a du mal à se lancer réellement en France ?

Raphaël Meyer : Deux facteurs peuvent expliquer la relativement faible présence des solutions de smart home à ce jour.

D’une part, le remplacement des équipements de la maison est sur un cycle relativement lent, beaucoup plus que l’IT ou la téléphonie.

D’autre part, les solutions « domotiques » ont d’après moi manqué leur lancement, avec des solutions trop complexes à mettre en service, chères et reposant sur des protocoles verrouillés. Cela a cantonné ces solutions à des publics très technophiles, mais très limités.

LSG : Avec votre produit, vous remettez au goût du jour le radiateur électrique, qui avait été mis de côté par les poêles à granules et autres modes de chauffe dits éco-responsables, mais quel est l’avantage du système Lancey ?

RM : Intrinsèquement, le chauffage électrique (dit par effet Joule) a des qualités thermiques très intéressantes. C’est par exemple, le système de chauffage le plus flexible (chaque radiateur peut être contrôlé de façon très fine et indépendante). Cela permet, couplé à une intelligence artificielle dans le cas de Lancey, de chauffer uniquement quand c’est nécessaire.

À bilan d’énergie finale équivalent (consommée dans le logement), le radiateur Lancey est beaucoup plus efficace qu’une chaudière gaz par exemple, ou un poêle à granulés.

Ensuite, l’élément nouveau dans le système Lancey est la batterie de stockage d’électricité présente à l’arrière du radiateur.

Elle permet d’optimiser la consommation du logement d’électricité en temps réel (achat en heures creuses, réduction des pics de consommation du logement). Cela se traduit par des économies tarifaires importantes, qui s’ajoutent aux économies d’énergie provenant de l’intelligence du radiateur Lancey.

Enfin, et surtout, la batterie peut stocker de façon simple et économique, l’électricité produite directement sur le bâtiment (par exemple avec des panneaux solaires photovoltaïques). On obtient alors un logement connecté, en autoconsommation, le tout pour un investissement très avantageux.

LSG : Combien de temps a-t-il fallu pour développer un tel produit ?

RM : Le produit a pu passer en production après 1 an et demi de développement, d’expérimentation et d’industrialisation. Un challenge que l’équipe de Lancey a pu relever avec succès.

LSG : Comment voyez-vous l’avenir de la distribution d’énergie en France ?

RM : Le secteur de l’énergie est un des derniers à n’avoir pas encore opéré sa mutation. La distribution va profondément évoluer, avec une production de plus en plus décentralisée, et un réseau électrique qui sera en moyenne moins sollicité.

En revanche, il gardera une vocation « assurantielle » fondamentale, pour les épisodes de pointes de consommation.

Il faut néanmoins se garder de faire des projections trop ambitieuses ou linéaires, dans la mesure où la question de l’énergie reste régalienne, avec des enjeux de sécurité et de souveraineté.

LSG : Quels efforts sont encore à fournir pour que la transition énergétique ait lieu ?

RM : Le stockage, et en particulier par batterie, va être la brique de transition essentielle, afin que les actifs traditionnels de la production et distribution d’électricité, puisse opérer leur mue.

Dans un premier temps, la capacité de production et de distribution traditionnelle va rester constante, avec une montée en capacité des renouvelables, au-delà de 50% de la capacité installée (c’est déjà le cas en Allemagne).

Ensuite, une réduction progressive des capacités traditionnelles pourra être opérée.

LSG : Le radiateur Lancey fonctionne-t-il dans un système off-grid (autoconsommation) ?

RM : Attention, l’autoconsommation n’est pas forcément en off-grid. En l’occurrence, l’infrastructure Lancey combine l’électricité du réseau en heures creuses, et l’électricité produite sur le bâti, en autoconsommation.

Ce modèle est économiquement le plus efficace pour l’utilisateur final, et pour longtemps encore.

LSG : Un tel radiateur peut-il être bon moyen de lutter contre le changement climatique ?

RM : Absolument, si l’électricité utilisée est décarbonée et peu chère. Le parc installé de radiateurs électriques en Europe est considérable (des dizaines de GW installé).

Le remplacement de ce parc représente une opportunité unique de transition énergétique, avec un système simple, économique, et bien compris par les utilisateurs.

LSG : Quelles sont les ambitions de Lancey ?

RM : Nous souhaitons jouer un rôle central dans la mutation du bâtiment, pour le rendre plus économe, plus confortable et, surtout, en faire un nœud central de la transition énergétique.

Propos recueillis par Julien Jormot 

Pour en savoir plus sur le système Lancey.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here